L'Ukraine évoque «la menace d'une guerre totale» avec la Russie, Trump hausse le ton

DIPLOMATIE Les tensions entre Kiev et Moscou se sont intensifiées depuis la capture de navires ukrainiens en mer Noire...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump à son retour à la Maison Blanche après un déplacement dans le Mississippi, le 27 novembre 2018.
Donald Trump à son retour à la Maison Blanche après un déplacement dans le Mississippi, le 27 novembre 2018. — Alex Wong/NEWSCOM/SIPA

Donald Trump tape du poing sur la table. Le président américain a menacé, mardi, d’annuler sa rencontre prévue en fin de semaine avec son homologue russe au sommet du G20 en Argentine, alors que Kiev a évoqué la menace « d’une guerre totale » avec Moscou.

Le rapport sur la situation que ses conseillers à la sécurité nationale doivent lui remettre prochainement « sera déterminant », a dit le président des Etats-Unis dans un entretien au Washington Post. « Peut-être que je ne ferai pas cette entrevue » avec le maître du Kremlin, a-t-il prévenu, alors que la Maison Blanche venait de confirmer la tenue de la rencontre. « Je n’aime pas cette agression. Je ne veux pas d’agressions », a insisté Donald Trump, souvent accusé d’être trop conciliant avec Moscou.

« Guerre totale »

Le président ukrainien Petro Porochenko a évoqué mardi la « menace d’une guerre totale » avec la Russie qui a selon lui « augmenté drastiquement » sa présence militaire à la frontière, dramatisant encore la situation déjà tendue depuis la capture de navires ukrainiens en mer Noire. L’Ukraine et la Russie sont engagées dans leur pire bras de fer depuis plusieurs années à la suite de la capture dimanche par les gardes-côtes russes au large de la Crimée de trois bateaux militaires ukrainiens, un incident inédit.

« Je ne veux pas que quelqu’un pense que ce sont des jeux d’enfants. L’Ukraine fait face à la menace d’une guerre totale avec la Fédération russe », a lancé le président Porochenko sur trois chaînes de télévision ukrainiennes. Selon lui, le nombre de chars dans des bases militaires russes le long de la frontière « a triplé » et le nombre d’unités militaires « a augmenté drastiquement ».

L’ombre du conflit en Crimée

Accusés d’avoir franchi illégalement la frontière russe, douze marins ukrainiens, sur les 24 faits prisonniers dimanche, ont été placés mardi en détention provisoire jusqu’au 25 janvier, conformément à la décision d’un tribunal de Simféropol, chef-lieu de la Crimée, a constaté un journaliste de l’AFP. Les autres marins doivent comparaître mercredi.

Il s’agit de la première confrontation militaire ouverte entre Moscou et Kiev depuis l’annexion de la Crimée et le début la même année d’un conflit armé dans l’est de l’Ukraine entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses qui a fait plus de 10.000 morts.