Etats-Unis: Un Américain néonazi jugé après une attaque meurtrière à Charlottesville

PROCES Le jeune homme est accusé d’avoir foncé avec son véhicule sur une manifestante antifasciste et d’avoir blessé plusieurs personnes avant de prendre la fuite…

20 Minutes avec AFP

— 

James Alex Fields Jr. (à gauche) lors du rassemblement
James Alex Fields Jr. (à gauche) lors du rassemblement — Alan Goffinski/AP/SIPA

Il encourt entre vingt ans de prison et la perpétuité. Le procès de James Fields, un néonazi américain de 21 ans accusé d’avoir intentionnellement percuté en voiture des manifestants antiracistes, a débuté ce lundi à Charlottesville. Depuis les rassemblements de l’extrême droite américaine en 2017, cette ville de Virginie est devenue le symbole de la montée des tensions raciales sous la présidence de Donald Trump.

Le jeune homme est accusé d’avoir causé la mort d’une manifestante de 32 ans, Heather Heyer, et d’avoir blessé plusieurs personnes en fonçant dans la foule avec son véhicule avant de prendre la fuite. S’il est reconnu coupable d’assassinat, James Fields est passible d’une peine de prison allant de 20 ans à la perpétuité.

James Fields également inculpé pour « hate crimes »

James Fields a par ailleurs été inculpé par les autorités fédérales de « hate crimes », une catégorie d’infractions pénales à part où les victimes ont en commun d’avoir été ciblées en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à un groupe racial ou à une religion, ou encore en raison de leur identité sexuelle ou de leur handicap. Le jeune homme a plaidé non coupable à toutes les charges retenues contre lui.

Selon l’acte fédéral d’inculpation, James Fields avait plusieurs comptes sur les réseaux sociaux dans lesquels il exprimait son soutien au suprémacisme blanc et aux politiques d’Adolf Hitler et du Troisième Reich, et prônait la violence contre les Noirs et les Juifs. D’après le Toledo Blade, un journal local de l’Ohio où vivait le jeune néonazi, il se serait enrôlé dans l’armée en août 2015 mais en aurait été renvoyé parce qu’il ne se serait pas conformé aux « standards de la formation ».

Une nouvelle génération d’extrême droite américaine

Le rassemblement « Unite The Right » à Charlottesville avait été organisé par les nationalistes blancs Jason Kessler et Richard Spencer pour protester contre le déboulonnement annoncé d’une statue du général sudiste Robert Lee. Les images montrant des néonazis et membres du Ku Klux Klan défilant dans la nuit à la lumière de leurs torches, coiffés des cagoules pointues emblématiques du groupe, brandissaient des drapeaux confédérés.

Au second jour des manifestations, le 12 août 2017, des heurts avaient éclaté entre des néonazis et des manifestants antifascistes, culminant avec l’attaque à la voiture Cette attaque meurtrière en août 2017 avait braqué les projecteurs sur la nouvelle génération de l’extrême droite américaine, qui a émergé sous le président Trump dont la rhétorique incendiaire est régulièrement dénoncée comme attisant la haine et les divisions. Le milliardaire républicain avait été très critiqué après les faits parce qu’il avait semblé réticent à condamner clairement le rassemblement néonazi et avait parlé de « gens très bien des deux côtés ».