VIDEO. Crimée: Kiev réclame des sanctions contre Moscou après la capture de trois navires par la Russie

TENSION Kiev demande la libération de ses marins retenus par la Russie et le retour des « navires militaires capturés »…

20 Minutes avec AFP

— 

L'armée ukrainienne est en alerte depuis l'incident impliquant la Russie au large de la Crimée.
L'armée ukrainienne est en alerte depuis l'incident impliquant la Russie au large de la Crimée. — AFP

C’est un incident sans précédent entre les deux pays. L'Ukraine a exigé ce lundi la libération de ses marins et navires capturés la veille par la Russie en mer Noire au large de la Crimée. Le pays a appelé à de nouvelles sanctions contre Moscou.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit tenir lundi une réunion d’urgence réclamée par les deux pays. L’Otan a pour sa part annoncé une réunion extraordinaire avec l’Ukraine lundi à Bruxelles. Les tensions entre Kiev et Moscou ont connu une brusque flambée dimanche lorsque la Russie s'est emparée de trois navires militaires ukrainiens - deux petites vedettes blindées et un remorqueur avec au total une vingtaine de marins à bord - après leur avoir tiré dessus.

La loi martiale au Parlement

Kiev « demande » à Moscou de remettre en liberté les marins et de « retourner les navires militaires capturés », a déclaré le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi. « L’Ukraine appelle ses alliés et partenaires à prendre toutes les mesures nécessaires pour retenir l’agresseur, notamment en imposant de nouvelles sanctions » contre la Russie, a-t-il souligné.

Cet incident inédit, qui a fait des blessés parmi les Ukrainiens - six dont deux graves selon Kiev, trois selon Moscou - a suscité les craintes d’une escalade militaire entre les deux ex-républiques soviétiques dont les relations traversent une crise profonde depuis 2014. Le Parlement ukrainien a voté ce mardi la loi martiale pour 60 jours, à la demande du président Petro Porochenko.

Appel à la retenue

L'Union européenne et l’Otan ont appelé les deux pays à « la retenue » et la « désescalade ». Plusieurs alliés de Kiev, notamment le Canada et la Lituanie, ont condamné « l’agression » russe contre l’Ukraine. Il s’agit d’un nouvel épisode de la crise russo-ukrainienne qui a commencé avec le soulèvement proeuropéen du Maïdan à Kiev et a débouché sur la fuite en Russie du président prorusse Viktor Ianoukovitch et sa destitution en février 2014.

Un mois plus tard, la Russie a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en majorité russophone. En avril de la même année, un conflit armé entre Kiev et les séparatistes prorusses a éclaté dans l’Est de l’Ukraine faisant depuis plus de 10.000 morts.