Pays-Bas: Une église empêche depuis un mois la police d'expulser une famille arménienne

SOLIDARITE Les pasteurs se relaient pour célébrer des offices religieux sans discontinuer car la police néerlandaise ne peut entrer dans un lieu de culte pendant une cérémonie...

20 Minutes avec agence

— 

Une église protestante veut empêcher l'expulsion d'une famille arménienne, à La Haye, aux Pays-Bas (illustration).
Une église protestante veut empêcher l'expulsion d'une famille arménienne, à La Haye, aux Pays-Bas (illustration). — G. VARELA / 20 MINUTES

Les offices religieux se succèdent dans une église protestante de La Haye ( Pays-Bas) depuis le 25 octobre. Les pasteurs souhaitent empêcher l’ expulsion d’une famille arménienne réfugiée sur place. Des pasteurs venus de tout le pays se relaient pour officier sans discontinuer afin d’empêcher les policiers de pénétrer dans le bâtiment.

La loi interdit en effet aux agents de rentrer dans un lieu de culte lorsqu’une cérémonie religieuse s’y déroule, explique France Info, qui relaye un article de Quartz.

Aux Pays-Bas depuis neuf ans

Sasun et Anousche Tamrazyan, accompagnés de leurs trois enfants Hayarpi, Warduhi et Seyran, sont arrivés aux Pays-Bas il y a neuf ans lorsque le père de famille a été menacé de mort dans son pays à cause de son activisme. Le couple avait demandé l’asile politique et l’avait obtenu après sept ans de procédure. Mais l’Etat néerlandais avait décidé de faire appel de cette décision.

Aujourd’hui, les Tamrazyan sont sommés de quitter le pays car leur demande de titre de séjour -parfois accordée aux familles avec enfants vivant depuis plus de cinq ans aux Pays-Bas- a aussi été refusée.

Des principes « d’ouverture et d’hospitalité »

Selon Theo Hettema, président du Conseil général des pasteurs protestants, l’église a accepté d’accueillir les cinq Arméniens « en vertu de ses principes d’ouverture et d’hospitalité ».

Le responsable estime qu’aucune Eglise ne devrait être forcée de choisir entre le respect de la dignité humaine ou du gouvernement. Il espère que Mark Harbers, ministre des Migrations, usera de son pouvoir discrétionnaire pour régulariser la situation de la famille. En attendant, assure Theo Hettema, les services religieux en continu ne s’arrêteront pas dans l’église de La Haye.