Brexit: Sanchez annonce «un accord sur Gibraltar», Madrid lèvera son veto dimanche

NEGOCIATIONS Madrid a menacé de bloquer l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE...

B.D. avec AFP

— 

Pedro Sanchez à Bogota, le 29 août 2018.
Pedro Sanchez à Bogota, le 29 août 2018. — Raul Arboleda / AFP

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé officiellement ce samedi à Madrid que l’Espagne avait obtenu « un accord sur Gibraltar » et voterait « en faveur du Brexit ».

« Je viens d’annoncer au roi d’Espagne que l’Espagne est parvenue à un accord sur Gibraltar », a dit Pedro Sanchez, dans une déclaration en direct à la télévision. « Par conséquent, le Conseil européen aura lieu demain », a-t-il dit, en annonçant très clairement : « L’Espagne lèvera son veto et votera en faveur du Brexit. »

Négociations intenses

Il s’est exprimé au terme de négociations intenses qui se sont poursuivies ce samedi entre Londres, Madrid et Bruxelles. Un peu plus tôt, le gouvernement britannique s’était dit favorable à des discussions avec l’Espagne au sujet de Gibraltar après le Brexit.

« Concernant les négociations du retrait, compte tenu de certaines circonstances propres à Gibraltar, nous avons eu des discussions avec l’Espagne impliquant directement le gouvernement de Gibraltar. Celles-ci étaient constructives, et nous sommes impatients d’adopter la même approche pour les relations futures », a déclaré un porte-parole de Downing Street dans un communiqué.

Doute

La détermination de l’Espagne à obtenir des « garanties » sur l'avenir de Gibraltar avait fait planer le doute sur la réussite du sommet européen de dimanche sur le Brexit, qui doit sceller un accord historique de divorce entre l’UE et le Royaume-Uni. Après 17 mois de négociations, les deux parties ont réussi à finaliser un « traité de retrait » du Royaume-Uni puis une « déclaration politique » ébauchant les futures relations de Londres avec l’UE.

Mais ces derniers jours les exigences espagnoles étaient apparues comme un obstacle inattendu à l’approbation unanime de l’accord. Madrid exigeait d’obtenir noir sur blanc un droit de veto à l’application de tout accord futur entre l’UE et Londres à Gibraltar, un territoire britannique situé à l’extrême sud de la péninsule ibérique, et dont l’Espagne revendique la souveraineté. Pedro Sanchez avait averti que l’Espagne mettrait « son veto à l’accord sur le Brexit » si l’Espagne n’obtenait pas satisfaction.