Mexique: Plus de 4.000 personnes sont arrivées à Tijuana dans l'espoir de franchir la frontière américaine

ASILE Les migrants peuvent désormais déposer une demande d’asile aux Etats-Unis mais l’attente pour que leur demande soit étudiée pourrait prendre une année…

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants venus d'Amérique centrale prennent une douche à Tijuana, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.
Des migrants venus d'Amérique centrale prennent une douche à Tijuana, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. — Rodrigo Abd/AP/SIPA

Ils continuent à arriver par centaines, en bus ou à pied. Plus de 4.000 migrants de la «caravane» se trouvent dans la ville frontalière de Tijuana, au nord-ouest du Mexique. A quelques kilomètres de la ville américaine de San Diego, les refuges sont arrivés à saturation.

Les nouveaux arrivants ne trouvent plus de place dans les refuges arrivés à saturation et certains campements improvisés ont commencé à apparaître aux alentours. Des migrants y faisaient la queue mercredi pour recevoir de la nourriture distribuée par des activistes et des associations religieuses, a constaté l’AFP. Sur les 4.000 migrants actuellement hébergés dans la ville, on dénombre plus de 400 enfants, selon les autorités municipales.

Le début d’une longue attente

Les migrants, qui circulaient avec des drapeaux du Salvador et du Honduras, ont été conduits par bus dans la ville de Tapachula, où selon les autorités, ils pourront déposer une demande d’asile. S’ils ne le souhaitent pas, ils pourraient être expulsés vers leur pays d’origine. À Tijuana, de nombreux migrants comptent déposer des demandes d’asile aux Etats-Unis, mais l’attente pour que leur dossier soit étudié pourrait prendre plus d’une année.

Un juge californien a suspendu lundi un décret du président américain Donald Trump instaurant un rejet automatique des demandes d’asile déposées par des migrants ayant traversé illégalement la frontière. « C’est une honte », a réagi mardi Donald Trump, qui avait qualifié l’arrivée de la caravane d'« invasion » et déployé près de 6.000 militaires tout le long de sa frontière sud. Les migrants de ce vaste cortège ont quitté le Honduras le 13 octobre, fuyant la violence et la pauvreté, et parcouru plus de 4000 kilomètres, à pied ou en auto-stop, pour atteindre la frontière américaine.