Syrie: Des dizaines de morts dans des raids de la coalition anti-Daesh

SYRIE Au moins 36 civils, dont de nombreux enfants, auraient péri ce samedi…

B.C. avec AFP

— 

Soldat irakien à la frontrière avec la Syrie près de la ville de Deir Ezzor
Soldat irakien à la frontrière avec la Syrie près de la ville de Deir Ezzor — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Au moins 43 personnes, dont 36 membres de familles de djihadistes, ont été tuées ce samedi dans des frappes imputées à  la coalition dirigée par Washington dans l’est de la Syrie où l’offensive contre Daesh a repris de plus belle. Dans le même temps, les forces du régime se sont emparées du dernier réduit de Daesh dans le sud du pays en guerre, a indiqué l’ Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Au moins 36 civils, dont 17 enfants, ont été tués à l’aube dans des raids de la coalition contre le village d’Abou el-Hosn » contrôlé par l’organisation djihadiste dans la province de Deir Ezzor, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. Il a fait état de sept morts supplémentaires sans être en mesure de préciser dans l’immédiat s’il s’agissait de civils ou de combattants. « Il s’agit du bilan le plus élevé depuis le lancement le 10 septembre par les Forces démocratiques syriennes (FDS) de l’offensive. »

« Cibles militaires légitimes »

La coalition emmenée par Washington intervient en soutien aux combattants kurdes et arabes des FDS qui mènent l’offensive au sol. Elle a récemment intensifié ses raids aériens alors que l’opération au sol piétine depuis fin octobre et que les FDS ont essuyé des contre-attaques meurtrières menées par les jihadistes et perdu toutes les positions acquises depuis le 10 septembre.

La coalition a toujours nié viser les habitants du secteur djihadiste. « Eviter des pertes civiles constitue notre priorité absolue lorsque nous menons des frappes contre des cibles militaires légitimes », a indiqué mercredi à l’AFP le porte-parole de la coalition, le colonel Sean Ryan.

Depuis le début de l’offensive en septembre, 234 civils, dont 82 enfants, ont été tués par la coalition, selon l’OSDH.