Maroc: Emmanuel Macron et le roi Mohammed VI inaugurent la nouvelle ligne à grande vitesse

AFRIQUE Des billets de train ont été remis aux deux chefs d’Etat qui vont prendre le nouveau TGV pour se rendre à Rabat…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron, avec le roi du Maroc, Mohammed VI, à son arrivée à l'aéroport de Tanger, le 15 novembre 2018.
Emmanuel Macron, avec le roi du Maroc, Mohammed VI, à son arrivée à l'aéroport de Tanger, le 15 novembre 2018. — Christophe Archambault/AP/SIPA

Un symbole de la « profondeur » du partenariat entre Paris et Rabat. Emmanuel Macron est arrivé, ce jeudi, au Maroc pour inaugurer, avec le roi Mohammed VI, la ligne à grande vitesse Tanger - Casablanca, présentée comme « la plus rapide d’Afrique ».

Une grande cérémonie a d’abord été organisée dans l’immense gare rénovée de Tanger, grand hub maritime entre l’Afrique et l’Europe, avant le départ du convoi officiel jusqu’à Rabat, la capitale administrative. Des billets de train ont été remis aux deux chefs d’Etat. Le train qui va les amener à Rabat doit circuler à 320 km/heure sur les 180 km du tronçon à grande vitesse, avant de rallier à 160 km/h la nouvelle gare de Rabat-Agdal.

« Projet phare de la relation bilatérale »

Emmanuel Macron, accompagné des ministres des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et de l'Intérieur Christophe Castaner, doit quitter le royaume en fin de journée au terme de cette courte visite de travail qui, selon l’agence officielle MAP, « reflète la profondeur des relations bilatérales fondées sur un partenariat solide et fort » entre les deux pays. Considérée comme une vitrine de la modernisation du Maroc, la ligne Tanger-Casablanca, d'une longueur totale de 350 km, reliera les deux régions les plus dynamiques du royaume en 2h10 au lieu de 4h45 actuellement.

Les premiers billets pour le grand public doivent être mis en vente après l’inauguration officielle, et la ligne sera ouverte aux voyageurs ordinaires d’ici la fin du mois. « Projet phare de la relation bilatérale », la LGV est vue par les Français comme une vitrine pour tenter d’obtenir d’autres contrats en Afrique. Le Maroc, lui, s’emploie à se positionner comme un « hub africain » pour les investisseurs étrangers.

Plus de 10 milliards d’euros d’accord entre les deux pays en 2017

La France reste le premier partenaire économique du Maroc mais a vu l’Espagne lui ravir en 2014 la première place pour les échanges commerciaux. Le commerce bilatéral entre les deux pays a enregistré une croissance moyenne de 5,8 % par an, passant de 79,9 à 109,3 milliards de dirhams (7,4 à 10,3 milliards d'euros) entre 2010 et 2017, selon des chiffres publiés ce jeudi par le ministère marocain de l’Economie.

Emmanuel Macron est accompagné des patrons des entreprises françaises ayant participé au projet : Alstom (fourniture des rames), le consortium Ansaldo-Ineo (signalisation et télécoms), Cegelec (sous-stations électriques) et le consortium Colas Rail-Egis Rail (voies et caténaires). La SNCF assure l’assistance à maîtrise d’ouvrage auprès de l’Office National des Chemins de Fer marocains (ONCF).