La boîte noire de l'appareil, un Boeing 737-Max.
La boîte noire de l'appareil, un Boeing 737-Max. — MALEKIANO / AFP

ACCIDENT

Crash d'un avion en Indonésie: La conception et l'informatique du Boeing 737 MAX pourrait être modifiés

L’aviation américaine envisage de revoir les méthodes de formation des pilotes et les procédures à appliquer en cas d’urgence…

L’Autorité de l’aviation civile américaine (FAA) et Boeing étudient la possibilité de modifier l’informatique, voire la conception de l’avion Boeing 737 MAX. Cette décision intervient après le crash d’un avion récemment survenu en Indonésie, rapporte Reuters.

Les procédures opérationnelles du 737 MAX et la formation des pilotes pourraient évoluer au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête en cours sur les circonstances de l’accident, selon un communiqué de la FAA publié mardi. Les autorités indonésiennes doivent publier un premier rapport d’ici fin novembre.

Rappel des consignes aux pilotes

Boeing a aussi adressé une note aux différentes compagnies aériennes travaillant avec des Boeing 737 MAX. Le document rappelle aux pilotes le comportement à adopter en cas de données erronées en provenance des capteurs d’incidence, qui renseignent sur l’angle de vol de l’appareil.

De son côté, la FAA a publié d’urgence une consigne alertant les pilotes qu’un ordinateur du 737 MAX était susceptible de contraindre l’appareil à descendre à toute vitesse, pendant une période pouvant aller jusqu’à dix secondes et ce même en cas de pilotage manuel. Les pilotes peuvent empêcher cette réponse automatique « en appuyant sur deux boutons en cas de comportement inhabituel du système ».

Un nouveau tournant dans l’enquête

Le 29 octobre dernier, un Boeing 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air s’est abîmé en mer de Java. L’accident a fait 189 morts. Selon les enquêteurs, aucun dispositif conçu pour faire face à un accident de ce type ne figurait dans le manuel de vol.

L’enquête se concentrait jusqu’ici sur d’éventuels problèmes de maintenance, comme un défaut de fonctionnement des capteurs d’incidence. Elle semble prendre aujourd’hui un nouveau virage : les enquêteurs s’intéressent désormais aux méthodes de formation des pilotes, ainsi qu’à la compréhension des procédures censées aider ces derniers à ne pas surréagir en cas de perte des données en provenance des capteurs d’incidence.