Non, la France ne va pas supprimer les visas à des pays africains en échange de ressources naturelles

FAKE OFF Un site peu sérieux soutient à tort que la France veut suspendre la procédure de demande de visas pour les ressortissants de six pays africains en échange de ressources naturelles...

Mathilde Cousin

— 

Non, la France ne va pas supprimer des visas pour des pays africains «en échange de ressources naturelles».
Non, la France ne va pas supprimer des visas pour des pays africains «en échange de ressources naturelles». — ALLILI MOURAD/SIPA
  • « La France propose de supprimer les visas à six pays africains en échange de ressources naturelles », écrit un site africain.
  • Il s’agit d’une intox, qui a été reprise sur plusieurs sites et sur Facebook.

La France n’a pas décidé de suspendre la procédure de demande de visas pour les ressortissants de six pays africains en échange des ressources naturelles de ces pays. C’est pourtant ce qu’affirme le site Africa 24, qui explique que, selon ses sources, « cette proposition intervient après que la France ait fortement perdu sur les marchés boursiers en raison du manque de ressources naturelles nécessaires à sa croissance. »

L’auteur de cette intox ne cite jamais les six pays qui seraient concernés, mais il précise que « 5 des 6 pays africains concernés ont refusé l’offre », au motif que « la France a établi que seul (sic) 100 000 citoyens de ce pays peuvent entrer en France chaque année mais sans restriction sur l’exploitation des ressources naturelles. » A aucun moment, le rédacteur ne cite de sources pour son information.

L’intox a été publiée le 1er août. Elle a été reprise cet été sur d’autres sites africains et s’est propagée sur Facebook. Elle a de nouveau été partagée sur Facebook en novembre.

FAKE OFF

« Il s’agit manifestement d’un faux grossier, aux nombreuses invraisemblances », explique le ministère des Affaires étrangères, contacté par 20 Minutes.

L’histoire a d’abord été publiée sur le site camerounais Journal des insolites, qui a déjà publié des histoires douteuses. Dans les conditions d’utilisation, les créateurs du site précisaient début avril que « certains de nos articles sont des mensonges et parfois pourraient être des blagues. » Depuis, elles ont été mises à jour : le site « assume toute la responsabilité de la nature satirique de certains de ses articles et de la nature fictive de certains contenus ».

Le site Africa 24 a lui aussi déjà publié des intox : en mars, un des rédacteurs de ce site avait écrit, à tort, que Donald Trump avait « donné un ultimatum à tous les dictateurs africains » pour qu’ils quittent le pouvoir.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fake off@20minutes.fr ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.