Birmanie: Amnesty retire à Aung San Suu Kyi son prix d'«ambassadrice de conscience»

CRISE DES ROHINGYAS La dirigeante birmane a déjà perdu auparavant plusieurs titres de citoyenne d’honneur…

20 Minutes avec agences

— 

Aung San Suu Kyi, longtemps emprisonnée par le régime birman, a pris la tête du gouvernement, sous la férule de la junte militaire.
Aung San Suu Kyi, longtemps emprisonnée par le régime birman, a pris la tête du gouvernement, sous la férule de la junte militaire. — Kham/AP/SIPA

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi s’est vu retirer ce lundi son prix d'« ambassadrice de conscience » par Amnesty International. En réaction, le parti politique de la femme d’Etat a appelé ce mardi les Birmans à « rester forts face à la pression internationale ».

Ces retraits de prix portent atteinte à « la dignité d’Aung San Suu Kyi » mais aussi « aux membres de notre parti et à tous ceux qui ont participé à la révolte démocratique » contre la junte au pouvoir, a déclaré le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND). La vice-ministre de l’Information a pour sa part dénoncé une « désinformation médiatique ».

Les musulmans rohingyas persécutés

Estimant qu’elle avait « trahi les valeurs qu’elle défendait autrefois », Amnesty International a décidé de retirer son prix à Aung San Suu Kyi. Il lui avait été attribué en 2009, quand elle était encore une dissidente admirée après des années de résidence surveillée. L’ONG entend dénoncer les « multiples violations des droits de l’homme » observées depuis l’arrivée de la dirigeante à la tête du pays en 2016.

La crise birmane a été qualifiée de « génocide » par l’ONU. Plus de 720.000 musulmans rohingyas ont dû fuir les exactions commises par les militaires birmans et milices bouddhistes depuis 2017. Aung San Suu Kyi est très critiquée pour son manque de compassion et d’action devant le sort des Rohingyas. Elle continue de nier toute exaction de masse.

Prix Nobel de la Paix en 1991, Aung San Suu Kyi est largement désavoué. Le Canada et plusieurs villes britanniques lui ont retiré son titre de citoyenne d’honneur. Le Musée de l’Holocauste de Washington l’a privée de son Prix Elie Wiesel. Le gouvernement birman n’a pas encore réagi à la décision d’Amnesty International.