Gabon: La présidence reconnaît la gravité de l'état de santé d'Ali Bongo

POLITIQUE Ali Bongo, président du Gabon depuis 2009 après avoir succédé à son père, est hospitalisé à Ryad depuis le 24 octobre dernier. « Il est en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques », indique la présidence du Gabon…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président Ali Bongo, président du Gabon, arrive au dixième sommet annuel des BRICS, le groupe des puissances émergentes, en juillet dernier à 
Johannesburg, en Afrique du Sud.
Le président Ali Bongo, président du Gabon, arrive au dixième sommet annuel des BRICS, le groupe des puissances émergentes, en juillet dernier à Johannesburg, en Afrique du Sud. — MIKE HUTCHINGS / POOL / AFP

La présidence gabonaise a reconnu dimanche implicitement la gravité de l'état de santé du président Ali Bongo Ondimba, hospitalisé à Ryad (Arabie Saoudite) en affirmant qu'«il est en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques».

Hospitalisé à Ryad le 24 octobre

Depuis son hospitalisation le 24 octobre à Ryad, l'état de santé du président Bongo «s'est sensiblement amélioré», a déclaré Ike Ngouini, ajoutant qu'il est "en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physique. 

Fils d'Omar Bongo, président du Gabon pendant 41 ans (1967-2009), Ali Bongo lui avait succédé dès 2009. Il avait été réelu encore à la présidence du Gabon en septembre 2016 dans le chaos. L'annonce de sa courte victoire devant Jean Ping avec un écart de 5.594 voix seulement, avait provoqué des violences (manifestations, pillages, incendie partiel de l’Assemblée, répression, prise d’assaut du QG de Jean Ping, interpellations massives, etc.). L'Union européenne avait mis en question cette réellection. Elle dénonçait des irrégularités, notamment « le manque d’indépendance de certaines institutions clés » comme la commission électorale ou encore, des « anomalies » mettant « en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l’élection ».