Affaire Jamal Khashoggi: Erdogan affirme avoir partagé des enregistrements avec Ryad, Washington et Paris

MEURTRE Plus d’un mois après sa mort, le corps de Jamal Khashoggi n’a toujours pas été retrouvé…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président turc, Recep Tyyip Erdogan, devant le parlement d'Ankara, le 6 novembre 2018.
Le président turc, Recep Tyyip Erdogan, devant le parlement d'Ankara, le 6 novembre 2018. — Burhan Ozbilici/AP/SIPA

Recep Tayyip Erdogan a confirmé ce samedi l’existence d’enregistrements portant sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre dans le consulat saoudien d’Istanbul, affirmant les avoir partagés notamment avec Ryad, Washington et Paris.

« Nous avons donné les enregistrements, nous les avons donnés à l’Arabie saoudite, nous les avons donnés à Washington, aux Allemands, aux Français, aux Anglais », a déclaré le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse télévisée. La présidence a ensuite précisé que les enregistrements ont été écoutés, mais qu’aucun document écrit n’a été partagé.

Des enregistrements connus de longue date

Dès l’annonce de cette affaire, certains médias et des responsables turcs avaient rapidement affirmé qu’Ankara détenait un enregistrement audio du meurtre et qu’il avait été partagé avec la directrice de la CIA Gina Haspel lors d’un déplacement en Turquie fin octobre. Mais l’existence de tels enregistrements n’avait pas encore été confirmée officiellement.

Erdogan s’exprimait ce samedi avant de décoller pour Paris, où il se rend à l’invitation de son homologue français Emmanuel Macron, pour participer aux commémorations du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Au cours de ce voyage, le chef de l’Etat turc a affirmé samedi qu’il s’entretiendrait, si l’occasion se présentait, avec Donald Trump.