VIDEO. Incendies en Californie: «Je ne sais pas si ma maison est encore debout», témoigne une habitante évacuée

REPORTAGE Une demi-douzaines d’incendies, au nord et au sud de l’Etat, ont fait au moins neuf morts, vendredi, et des milliers de bâtiments ont été détruits…

Philippe Berry

— 

Kate, une jeune Californienne, regarde le Woolsey fire brûler, près de Los Angeles, depuis la route Mulholland Highway, le 9 novembre 2018.
Kate, une jeune Californienne, regarde le Woolsey fire brûler, près de Los Angeles, depuis la route Mulholland Highway, le 9 novembre 2018. — P.BERRY/20 MINUTES

« J’ai pris mon chien, un sac à dos avec mes papiers importants et quelques habits, et je suis partie. » Depuis les hauteurs de Mullholland Highway, Donna a les yeux fixés, au loin, sur le nuage de fumée. A la mi-journée vendredi, cette habitante de Topanga, dans la banlieue ouest de Los Angeles, se trouvait dans une zone d’évacuation volontaire mais elle n’a pas voulu prendre de risques : « Il n’y avait pas d’électricité et pas de réseau téléphonique, je n’étais pas sûre de recevoir les alertes. » Ses enfants en sécurité chez son ex-mari, elle s’inquiète surtout « pour les chevaux », affolés dans un ranch voisin.

Comme Donna, Kim Kardashian ou Alyssa Milano, 150.000 Californiens ont dû abandonner leur maison. Certains en pleine nuit. Attisées par les vents de Santa Ana, les flammes ont sauté par-dessus l’autoroute 101 au petit matin, au niveau de Thousand Oaks. Meurtrie il y a deux jours par une fusillade qui a fauché 12 vies, cette ville paisible, située à une demi-heure au nord de Malibu, est désormais en proie aux flammes. « Les biens peuvent être rachetés. Les maisons peuvent être reconstruites. Pas les vies », a insisté son maire, Andrew Fox, lors d’un point presse, appelant les habitants à suivre les consignes des autorités.

La ville de Paradise détruite

Un peu plus loin sur la route qui serpente, le ciel s’assombrit. On comprend pourquoi au détour d’un virage. Un monstre de fumée grise et tourbillonne et bouche l’horizon. Le canyon de Los Virgenes est en train d’être consumé par le Woolsey Fire. Une dizaine d’automobilistes sont sortis de leur véhicule. Une ligne rougeoyante lèche la crête, comme si la terre s’ouvrait sur les enfers. Un étudiant résume bien la scène : « On dirait que c’est la fin du monde. » A ses côtés, Kate, hypnotisée, « ne peut pas s’empêcher de regarder ». « J’habite à Thousand Oaks (au nord-ouest). J’ai dû évacuer cette nuit. Je ne sais pas si ma maison est encore debout. »

Sur les flancs de la colline, les flammes menacent une vingtaine d’habitations. Il y a bien quelques véhicules de pompiers sur la route au fond du canyon, mais ils semblent impuissants face aux éléments. La fumée avale une maison. Une propriété à plusieurs millions de dollars va être la suivante. Quand soudain, un Tanker DC-10 sort de nulle part. Cet appareil de ligne d’une capacité de 250 sièges, qui a été reconverti en Canadair, largue un nuage rouge de 45.000 litres de retardant. Les maisons viennent peut-être d’être sauvées.

Vendredi soir, aucune victime n’était à déplorer dans la région de Los Angeles. Mais au nord de la Californie, à 100 km de Sacramento, le bilan du Camp Fire s’élevait déjà à neuf morts. Cinq corps carbonisés ont notamment été retrouvés dans une voiture, vendredi matin, et plus de 6.000 bâtiments ont été détruits. La ville de Paradise n’est plus que ruines et cendres.