Michelle Obama affirme qu'elle ne «pardonnera jamais» à Donald Trump

RANCUNE L’ancienne Première dame dit ne pas avoir digéré l’insistance de Donald Trump à relayer la rumeur de la naissance à l’étranger de Barack Obama…

20 Minutes avec agence

— 

L'ancienne Première dame des Etats-Unis Michelle Obama
L'ancienne Première dame des Etats-Unis Michelle Obama — SIPANY/SIPA

Dans son livre Becoming, dont la sortie mondiale est prévue mardi, Michelle Obama ne se prive pas de dire ce qu’elle pense de Donald Trump. L’ancienne Première dame explique qu’il existe avant tout une chose qu’elle ne cessera jamais de reprocher à l’actuel président américain : son soutien à la théorie selon laquelle Barack Obama ne serait pas né aux Etats-Unis.

Car cet acharnement a mis sa famille en danger, estime l’auteur dans ses mémoires que le Washington Post s’est procuré.

« Exciter les fous et les cinglés »

Affirmer que Barack Obama n’était pas né aux Etats-Unis et ne pouvait donc pas devenir le président du pays « était dingue et méchant et relevait d’un sectarisme et d’un racisme à peine dissimulés. Mais c’était aussi dangereux et fait avec l’intention d’exciter les fous et les cinglés », accuse l’ex-Première dame, qui écrit avoir imaginé le pire.

« Et si quelqu’un à l’esprit dérangé avait pris un fusil et conduit jusqu’à Washington ? Et si cette personne avait voulu s’en prendre à nos filles ? Avec ses sous-entendus lourds et irréfléchis, Donald Trump mettait ma famille en danger », affirme Michelle Obama dans le livre publié en France sous le titre Devenir. « Et cela, je ne pourrai jamais lui pardonner. »

« Né aux États-Unis. Point final »​

Comme le rappelle Huffington Post, Donald Trump avait toutefois fini par déclarer en 2016 : « Le président Barack Obama est né aux États-Unis. Point final ».

Mais avant cela, le milliardaire avait abondamment relayé la rumeur de la citoyenneté kényane du président élu en 2008. En 2012, Donald Trump avait même exigé que Barack Obama rende public son certificat de naissance délivré par l’Etat d’Hawaï.