VIDEO. Pakistan: Asia Bibi sera-t-elle bientôt hors de danger?

RELIGION Acquittée par la Cour suprême pakistanaise, la chrétienne Asia Bibi reste toujours sous la menace des extrémistes musulmans de son pays qui appellent à son exécution…

V.V. (avec AFP)

— 

Un membre d'un parti religieux manifeste pour réclamer l'exécution d'Asia Bibi après le verdict de la Cour suprême.
Un membre d'un parti religieux manifeste pour réclamer l'exécution d'Asia Bibi après le verdict de la Cour suprême. — AAMIR QURESHI / AFP
  • Asia Bibi a été condamnée à mort, en 2010 pour avoir bu l’eau d’un puits réservé aux musulmans.
  • La semaine dernière, la Cour suprême pakistanaise l’a finalement acquittée.
  • Les extrémistes musulmans ont bloqué le pays pendant trois jours en réaction à ce verdict.
  • Toujours menacée aujourd’hui, elle réclame l’asile à l’étranger.

Elle est sortie de prison, dans un « lieu sûr », mais plus que jamais menacée. Le sort d’Asia Bibi continue de susciter l’inquiétude au sein de la communauté internationale. Acquittée par la Cour suprême la semaine dernière après avoir été condamnée à mort pour blasphème en 2010, cette chrétienne reste sous la pression des extrémistes musulmans pakistanais qui appellent toujours à son exécution. Alors que sa famille lance un appel pour obtenir l’asile à l’étranger, 20 Minutes revient sur toute cette affaire…

Asia Bibi a-t-elle été exfiltrée à l’étranger ou se trouve-t-elle toujours au Pakistan ?

Libérée de prison dans la nuit de mercredi à ce jeudi, Asia Bibi n’a pas été immédiatement exfiltrée à l’étranger, comme plusieurs médias l’ont annoncé. « Elle est toujours au Pakistan, a en effet indiqué Muhammad Faisal, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse. Elle se trouve dans un endroit sécurisé du Pakistan. »

Antonio Tajani, le président du Parlement européen, s’est de son côté, félicité sur Twitter de cette nouvelle, ajoutant qu’il l’attendait « dès que possible avec son mari et sa famille » à Bruxelles.

Doit-elle encore rendre des comptes à la justice ?

Accusée de blasphème pour avoir bu un verre d’eau issue d’un puits réservé aux musulmans dans son village situé à 50 kilomères de Lahore, la chrétienne a été acquittée la semaine dernière par la Cour suprême après avoir été, dans un premier temps, condamnée à mort en 2010. La Cour suprême étant la plus haute instance judiciaire du Pakistan, l’ancienne ouvrière agricole ne devrait logiquement plus avoir à rendre des comptes à la justice de son pays.

Mais sous la pression des extrémistes musulmans qui ont bloqué le pays pendant trois jours après son acquittement, l’exécutif s’est engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas s’opposer à un recours contre le verdict.

Est-elle toujours menacée par les extrémistes ?

Plus que jamais. Après les blocages, les milieux islamistes radicaux qui appellent de longue date à son exécution organisent une grande manifestation, ce jeudi, à Karachi, la grande ville du sud du Pakistan. D’autres pourraient suivre vendredi.

De son côté, le Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), un parti religieux connu pour sa ligne particulièrement dure en matière de blasphème, a indiqué qu’il allait réunir sa direction jeudi pour « analyser toute la situation », selon son porte-parole, Pir Ijaz Ashrafi.

Va-t-elle pouvoir obtenir l’asile à l’étranger ?

C’est ce que sa famille demande depuis des jours. Samedi, Ashiq Masih, son mari, a réclamé l’asile aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada, arguant d’un trop grand danger s’ils restaient au Pakistan.

Mercredi, une autre vidéo de son mari a été mise en ligne par l’association italienne catholique Aiuto alla chiesa che soffre (aide à l’Église qui souffre) dans laquelle il appelle le gouvernement italien à l’aide pour les faire sortir du Pakistan, où les conditions de vie deviennent, selon lui, très difficiles.

Après ce message, le Premier ministre italien Matteo Salvini a tweeté qu’il ferait « tout ce qu’il est humainement possible de faire pour garantir un avenir à cette femme ».

De son côté, la France a indiqué qu’elle « étudiait » sous quelle forme elle pourrait aider ou accueillir la chrétienne « avec ses partenaires européens et internationaux », selon Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Anne Hidalgo, la maire de Paris, s’est dite, lundi, « prête à l’accueillir » avec sa famille dans la capitale française.