VIDEO. «Midterms» américaines: Victoire des démocrates à la Chambre et des républicains au Sénat, Trump limite la casse

ETATS-UNIS Le pays est plus divisé que jamais, avec une cohabitation tendue en vue…

Philippe Berry

— 

Avec la victoire des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi pourrait retrouver son poste de Speaker.
Avec la victoire des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi pourrait retrouver son poste de Speaker. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

De notre correspondant aux Etats-Unis,

1-1, balle au centre. Mardi, les démocrates ont remporté la majorité à la Chambre des représentants pour la première fois depuis 2008. Les républicains ont cependant consolidé leur contrôle du Sénat, et remporté plusieurs postes clés de gouverneurs, notamment en Floride. Donald Trump, qui avait jeté toutes ses forces dans la bataille des midterms, a donc limité la casse. Mais les démocrates ont désormais le pouvoir de bloquer sa politique au Congrès et de relancer les enquêtes sur ses finances et sur la Russie. Bras de fer en vue.

Petite vague démocrate à la Chambre

Les démocrates devraient progresser de 30-35 sièges à la Chambre pour obtenir une courte majorité. C’est un peu moins que ce que les sondages anticipaient. Côté républicain, il s’agit d’un recul assez standard pour un parti au pouvoir. Malgré tout, au niveau national, les démocrates devraient terminer avec 9 points d’avance – soit le plus gros écart depuis 2008, année de la victoire d’Obama. Les républicains semblent avoir été lâchés par les électeurs modérés et par les femmes dans les banlieues aisées mais leurs électeurs se sont mobilisés en masse dans les Etats conservateurs et les zones rurales. « Demain sera un jour nouveau en Amérique », a lancé Nancy Pelosi, qui espère redevenir la Speaker de la Chambre, à 78 ans.

Les républicains progressent au Sénat grâce à une carte favorable

Non seulement les républicains conservent le contrôle du Sénat, mais ils ont consolidé leur majorité, avec trois ou quatre sièges supplémentaires. C’est parce que seulement un tiers du Sénat était en jeu, et de nombreuses élections se déroulaient dans des Etats traditionnellement conservateurs où des candidats démocrates avaient surfé la vague d’Obama en 2012. Plusieurs sortants ont mordu la poussière. C’était attendu mais « les sondages ont sous-estimé la mobilisation des conservateurs dans ces ''red states'' (Etats républicains) », analyse à chaud l’expert de Princeton Sam Wang.

Trump limite la casse mais va devoir faire avec l’opposition démocrate

« Immense succès ce soir, merci à tous !!», a réagi Donald Trump. Certes, il trolle un peu ses adversaires, mais le président américain pouvait s’attendre à pire. Surtout, la plupart des sénateurs et des gouverneurs qu’il est allé soutenir sur le terrain ont gagné. Les stars montantes du parti démocrate ont perdu, notamment Andrew Gillum en Floride, Stacy Abrams en Géorgie et Beto O’Rourke au Texas. Ce dernier a toutefois fait mieux que résister face à Ted Cruz, et on devrait reparler de lui sur la scène nationale en 2020.

« Le résultat le plus important de la soirée, c’est que les démocrates vont faire office de contre-pouvoir à Trump à la Chambre. Ils vont pouvoir rouvrir des enquêtes sur la Russie et ses impôts », analyse Chris Edelson, professeur de sciences politiques à l’American University de Washington. Avec une confortable majorité au Sénat pour les républicains, un impeachment du président américain est cependant « très improbable », conclut l’universitaire.