VIDEO. Affaire Jamal Khashoggi: Des «nettoyeurs» envoyés à Istanbul pour effacer les preuves

ENQUETE Deux hommes, un chimiste et un expert en toxicologie, sont arrivés à Istanbul le 11 octobre et se sont régulièrement rendus à l'ambassade d'Arabie saoudite à Istanbul...

20 Minutes avec AFP

— 

L'entrée de l'ambassade d'Arabie Saoudite en Turquie, le 31 octobre 2018.
L'entrée de l'ambassade d'Arabie Saoudite en Turquie, le 31 octobre 2018. — AFP

Des « nettoyeurs » saoudiens ont été envoyés à Istanbul pour effacer les preuves du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dont le corps reste introuvable un mois après sa disparition, a affirmé lundi un haut responsable turc.

Deux hommes, un chimiste et un expert en toxicologie, sont arrivés à Istanbul le 11 octobre, neuf jours après le meurtre de Khashoggi qui a provoqué l’indignation à travers le monde et terni l’image de l’Arabie saoudite, notamment du prince héritier Mohammed ben Salmane. « Nous pensons que ces deux individus sont venus en Turquie dans le seul but d’effacer les preuves du meurtre de Jamal Khashoggi avant que la police turque ne soit autorisée à fouiller les locaux », a indiqué le responsable turc sous couvert d’anonymat.

La famille réclame le corps

Selon Sabah, les deux hommes ont quitté la Turquie le 20 octobre après s’être régulièrement rendus au consulat et à la résidence du consul saoudien à Istanbul. La police turque n’a reçu l’autorisation de fouiller le consulat que le 15 octobre et la résidence deux jours plus tard. « Le fait qu’une équipe de nettoyeurs a été dépêchée d’Arabie saoudite neuf jours après le meurtre suggère que de hauts responsables saoudiens étaient au courant de la mise à mort de Khashoggi », a déclaré le responsable turc.

Alors que le corps de Khashoggi reste introuvable plus d’un mois après le meurtre, les fils du journaliste ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer sa dépouille afin que la famille puisse faire le deuil. « Tout ce que nous voulons maintenant, c’est l’enterrer [au cimetière] Al Baqi à Médine avec le reste de sa famille », a déclaré Salah Khashoggi dans une interview à la chaîne américaine CNN diffusée dimanche. « J’ai parlé de ça avec les autorités saoudiennes et j’espère juste que cela arrivera bientôt », a-t-il ajouté.

Jamal Khashoggi, éditorialiste critique du pouvoir à Ryad qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s’était rendu pour effectuer des démarches administratives.