Antarctique: Un chercheur russe poignarde un collègue en pleine mission scientifique

FAITS DIVERS L’alcool et le confinement auraient exacerbé les tensions entre deux participants à une mission russe dans l’Antarctique…

20 Minutes avec agence

— 

Le suspect a été enfermé dans cette église orthodoxe car il n'y a ni prison, ni commissariat en Antarctique.
Le suspect a été enfermé dans cette église orthodoxe car il n'y a ni prison, ni commissariat en Antarctique. — Igor Palkin/AP/SIPA

Sergey Savitsky, un chercheur russe qui participait à une mission scientifique dans la station de Bellingshausen, sur l’île du Roi-George (Antarctique), a poignardé à la poitrine un soudeur nommé Oleg Beloguzov, le 9 octobre dernier.

L’agression a eu lieu dans la cantine du site de recherche et aurait pour origine des tensions certainement accentuées par le confinement et la vie en huis clos des participants, a rapporté une source proche du dossier à l’agence de presse russe Interfax, relayée par Business Insider. Le suspect s’est rendu sans difficulté au directeur de la station.

Enfermé dans l’église de l’île

La victime a été transportée vers un hôpital militaire chilien. Ses jours n’étaient pas en danger. Motherboardexplique que le suspect a finalement été ramené en Russie, où il comparaîtra devant la justice, à Saint-Pétersbourg, pour tentative d’homicide. L’alcool et des griefs personnels entre les deux hommes pourraient expliquer le geste de Sergey Savitsky.

Il s’agit du premier crime enregistré depuis que cette expédition a été lancée, il y a 63 ans, a expliqué le responsable de la mission Alexander Klepikov. Avant son transfert dans son pays d’origine, le scientifique russe est resté enfermé pendant dix jours dans l’église orthodoxe de l’île du Roi-George car il n’existe ni prison, ni poste de police en Antarctique.