Un rabbin dans la ville de Pittsburgh aux Etats-Unis.
Un rabbin dans la ville de Pittsburgh aux Etats-Unis. — Matt Rourke/AP/SIPA

TUERIE

Fusillade à Pittsburgh: L'association juive, cible du tueur, va continuer à aider les réfugiés

Le président Donald Trump doit se rendre mardi dans la ville où a eu lieu l’attentat antisémite pour exprimer le « soutien » du peuple américain à la ville de Pittsburgh…

L’association juive d’aide aux migrants HIAS, visée par des messages haineux du tireur de Pittsburgh, est plus déterminée que jamais à favoriser l’accueil des réfugiés.

Donald Trump doit se rendre sur place mardi, trois jours après la fusillade qui a fait 11 morts dans une synagogue. Le président américain doit, avec sa femme Melania, « exprimer le soutien du peuple américain et partager le deuil de la communauté de Pittsburgh. » Rencontrera-t-il les bénévoles de l’association HIAS, ciblée par Robert Bowers ? Le tueur a perpétré samedi la pire attaque antisémite de l’histoire des Etats-Unis.

Une mission renforcée

L’homme s’en prenait régulièrement sur les réseaux sociaux à la Hebrew Immigrant Aid Society (HIAS), une des neuf associations accréditées par le gouvernement pour accueillir les réfugiés. « HIAS aime amener des envahisseurs pour tuer les nôtres. Je ne peux pas rester assis et voir les miens se faire massacrer, j’y vais », a-t-il écrit avant d’aller abattre onze fidèles dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie.

« Dévastée », l’association, fondée à New York en 1881 pour aider les juifs fuyant les pogroms en Russie et en Europe de l’Est, a immédiatement dénoncé dans un communiqué une « tragédie horrible ». Mais « cela ne va pas affecter notre mission d’un iota », s’est empressé d’ajouter son directeur, Mark Hatfield, interrogé par l’agence juive JTA. « Au contraire, cela renforce la nécessité pour la communauté juive de se montrer accueillante. »