Allemagne: Election à haut risque pour Angela Merkel et son gouvernement

SCRUTIN Angela Merkel et sa coalition gouvernementale risquent de subir un nouveau revers cinglant dimanche, lors d'élections dans la riche région de Hesse qui pourraient fragiliser un peu plus une chancelière usée par 13 ans de pouvoir....

20 Minutes avec AFP

— 

Angela Merkel pourrait voir le débat relancé sur son avenir en cas de piètre performance
Angela Merkel pourrait voir le débat relancé sur son avenir en cas de piètre performance — MICHAEL KAPPELER / DPA / AFP

« La Hesse va-t-elle faire exploser la grande coalition » entre conservateurs et sociaux-démocrates qui gouverne à Berlin ? se demande dimanche le quotidien le plus lu d’Allemagne, Bild. « La Hesse vote, Berlin tremble », lui fait écho le quotidien Süddeutsche Zeitung, en estimant que la chancelière allemande de centre-droit « n’a jamais été autant sous pression » depuis son arrivée au pouvoir en 2005.

Angela Merkel et sa coalition gouvernementale risquent de subir un nouveau revers cinglant dimanche, lors d’élections dans la riche région de Hesse qui pourraient fragiliser un peu plus une chancelière usée par 13 ans de pouvoir. Les 4,4 millions d’électeurs de ce Land où se situe Francfort, capitale financière de l' Allemagne et siège de la Banque centrale européenne (BCE), ne représentent que 7 % de l’électorat allemand mais rarement un scrutin régional aura suscité autant d’intérêt au plan national.

Dégringolade

Deux semaines après un scrutin régional déjà catastrophique pour son camp conservateur en Bavière, Angela Merkel, dont le mandat court jusqu’en 2021, pourrait voir le débat relancé sur son avenir en cas de piètre performance. Si les dernières enquêtes d’opinion qui créditent son parti de centre droit, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), de 26 à 28 % des intentions de vote, se confirment, cela signifierait une perte de dix points par rapport au dernier scrutin régional il y a cinq ans.

Pour son partenaire social-démocrate (SPD) au sein du gouvernement à Berlin, qui accumule les gifles électorales depuis les législatives de 2017, la dégringolade pourrait être du même ordre, avec un score attendu de 20 à 21 %. Les électeurs ont commencé à voter à 08h et les premiers sondages sortie des urnes sont attendus vers 18h00. La chancelière ne devrait toutefois s’exprimer que lundi.

« Sous pression »

La menace pour la chancelière est d’autant plus concrète qu’elle affrontera début décembre un vote des militants pour la présidence du parti. Et même si elle n’a pas encore de rival déclaré, la pression monte en interne pour préparer sa succession et mettre plus la barre à droite face à la montée en puissance de l’extrême droite, ce qu’Angela Merkel n’a fait jusqu’ici qu’avec parcimonie.

« Personne ne peut dire à 100 % à quel point les choses vont rester stables » après cette élection, a d’ailleurs prévenu la numéro deux du parti CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, une proche de la chancelière. Une débâcle de la CDU, qui dirige ce Land depuis près de deux décennies, aurait d’autant plus d’impact que le ministre-président sortant est un fidèle d'Angela Merkel, Volker Bouffier.

Il lui a notamment témoigné un soutien sans faille depuis sa décision controversée d’accueillir plus d’un million de migrants en 2015 et 2016.

Fin de carrière

La chancelière, à la tête de la CDU depuis plus de 18 ans, vient elle-même d’évoquer de manière détournée la fin de sa carrière politique, jugeant que « tous ceux qui dans le passé ont voulu régler eux-mêmes leur succession ont échoué ». Autre danger potentiel pour la dirigeante de 64 ans : l’affaiblissement considérable de son partenaire social-démocrate au gouvernement fédéral.

Un nouveau revers en Hesse donnerait des arguments supplémentaires à l’aile gauche du parti qui réclame de plus en plus ouvertement un départ du gouvernement. A l’inverse, les Verts ont le vent en poupe dans les sondages en Hesse et au niveau national après un score flatteur en Bavière mi-octobre. Les sondages leur prédisent 20 % à 21 % des voix.

Montée des Verts et de l’extrême droite

Emmenés par Tarek Al-Wazir, premier responsable politique d’envergure d’origine arabe dans le pays, les « Grünen » sont portés par les inquiétudes environnementales des Allemands mais aussi, comme ils l’admettent eux-mêmes, par les bisbilles gouvernementales. Ils rêvent même de conquérir dimanche une seconde région, après le Bade-Wurtemberg qu’ils dirigent depuis 2011 en se montrant extrêmement pragmatiques.

Avec un score attendu autour de 13 %, le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), né il y a cinq ans seulement, devrait achever son implantation régionale en étant désormais représenté dans les parlements des 16 Länder.