VIDEO. Agression raciste dans un vol Ryanair: Le passager présente ses excuses

MEA CULPA Lors d'un vol Ryanair, un passager s'en était pris à sa voisine, la traitant de « hideuse vache noire » et lui demandant de ne « pas lui parler dans une langue étrangère »...

Manon Aublanc

— 

Un Boeing de la compagnie Ryanair, le 5 juillet 2018.
Un Boeing de la compagnie Ryanair, le 5 juillet 2018. — Kalousek Rostislav/AP/SIPA

« J’ai sûrement perdu mon calme », a expliqué David Mesher, le passager de Ryanair qui avait proféré des insultes racistes contre une passagère noire. Ce vendredi, l’homme a présenté ses excuses sur la chaîne britannique ITV.

« Je ne suis pas raciste », a-t-il assuré. « J’ai sûrement perdu mon calme et lui ai ordonné de se lever. En aucun cas je suis une personne raciste. C’était juste un coup ponctuel de colère, je crois », a-t-il déclaré face caméra. « Je présente mes excuses pour la détresse dont vous avez souffert à ce moment-là et depuis », a-t-il ajouté. Dans la vidéo de l’altercation, diffusée par un passager du vol, David Mesher s’en prend à sa voisine, une dame noire, la traitant de « hideuse vache noire » et lui demandant de ne « pas lui parler dans une langue étrangère ».

« On doit oublier et pardonner, mais il me faudra beaucoup de temps »

Les images avaient suscité une vague de colère sur les réseaux sociaux, les internautes reprochant à la compagnie aérienne de ne pas avoir exclu le passager. Mais la passagère visée, Delsie Gayle, n’est visiblement pas prête à accepter ses excuses. « Je n’accepte pas ses excuses. On doit oublier et pardonner, mais il me faudra beaucoup de temps pour laisser ce qui s’est passé derrière moi », a affirmé la dame, toujours à la télévision britannique.

« Il dit qu’il n’est pas raciste. Mais il ne prononcerait pas de tels mots s’il ne l’était vraiment pas », a ajouté sa fille. De son côté, la compagnie aérienne, Ryanair, a, elle aussi, présenté ses excuses. Ryanair, qui a prévenu la police britannique à son arrivée et a rédigé une lettre d’excuse à Delsie Gayle, a estimé que sa réaction correspondait au degré « d’urgence et de sérieux » que l’affaire « garantissait ».