Parlement européen: Pierre Moscovici traite de «fasciste» l'eurodéputé qui a piétiné ses notes

DERIVE Angelo Ciocca, l’eurodéputé de la Ligue a écrasé mardi avec sa chaussure les notes du commissaire européen après l’annonce du rejet du budget italien…

20 Minutes avec AFP

— 

Le commissaire européen Pierre Moscovici à Blanquefort.
Le commissaire européen Pierre Moscovici à Blanquefort. — SIPA

Tensions au Parlement européen. Ce vendredi, Pierre Moscovici a traité de « fasciste » l’eurodéputé italien qui a piétiné ses notes avec sa chaussure. Le commissaire européen a promis de combattre « ces gens-là » jusqu’à son « dernier souffle ». « C’est un crétin, un provocateur, un fasciste. Son geste est grotesque », a déclaré Pierre Moscovici sur la chaîne CNews. Mardi, l’eurodéputé de la Ligue (extrême droite), Angelo Ciocca, a écrasé avec sa chaussure les notes du commissaire européen après l’annonce du rejet du budget italien.

« Quand on commence à manier la violence à l’encontre des institutions, quand on commence à piétiner les règles, y compris avec des chaussures, on a une espèce de dérive lente vers ce que l’on appelle la démocratie illibérale, c’est-à-dire le non-respect de la liberté de la presse, la liberté de la justice et des institutions politiques », a-t-il affirmé. « C’est vraiment la politique que je déteste et c’est des gens que je combattrai jusqu’à mon dernier souffle », a promis Pierre Moscovici.

« La démocratie est un trésor fragile »

Après avoir parlé d’un « manque de respect », le commissaire avait déjà qualifié mercredi le geste de « grotesque » sur Twitter. « Au début on sourit et on banalise parce que c’est ridicule, puis on s’habitue à une sourde violence symbolique, et un jour on se réveille avec le fascisme. Restons vigilants ! La démocratie est un trésor fragile », a-t-il écrit.

Le commissaire européen a rappelé que Matteo Salvini, le patron de la Ligue, s’était démarqué de la provocation de l’eurodéputé. « On ne change pas l’Europe avec des provocations », a déclaré Salvini. Le commissaire européen a rejeté mardi le budget italien, largement en dehors des clous européens, une décision inédite. Il a demandé au gouvernement de la coalition populiste de lui présenter un budget révisé sous trois semaines.