Espagne: Dix-huit dirigeants catalans devant la justice pour la tentative de sécession

PROCES Réfugié en Belgique, Carles Puigdemont, l'ancien président catalan et figure centrale de la tentative de sécession, ne figure pas parmi les dirigeants renvoyés en justice... 

20 Minutes avec AFP
— 
Le vice-président catalan destitué Oriol Junqueras
Le vice-président catalan destitué Oriol Junqueras — JOSEP LAGO / AFP

Dix-huit dirigeants catalans vont être renvoyés en justice, pour leur rôle dans la tentative de sécession, a annoncé le tribunal suprême espagnol, ce jeudi. L’ouverture de leur procès est attendue pour le début 2019.

Réfugié en Belgique, Carles Puigdemont, l’ancien président catalan et figure centrale de la tentative de sécession, ne figure pas parmi les dirigeants renvoyés en justice, l’Espagne ne jugeant pas en absence.

Neuf personnes jugées pour rébellion

Neuf d’entre eux vont être jugés pour rébellion, un acte passible de 25 ans de prison. Ce sera le cas de l’ancien vice-président régional, Oriol Junqueras, actuellement en détention provisoire. 

Cinq autres membres de l’ancien gouvernement catalan (Joaquim Forn, Jordi Turull, Raül Romeva, Josep Rull et Dolors Bassa), l’ancienne présidente du parlement catalan Carme Forcadell ainsi que Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, anciens présidents de puissantes associations indépendantistes catalanes, sont eux aussi accusés de rébellion. Les membres de l’ancien gouvernement catalan doivent également être jugés pour malversation tandis que d’autres dirigeants séparatistes doivent l’être pour désobéissance.

Les dirigeants catalans en fuite ou incarcérés

Après un référendum d'indépendance interdit par Madrid le 1er octobre 2017 et marqué par des violences policières, la tentative de sécession avait culminé le 27 octobre avec la proclamation par les députés séparatistes majoritaires au parlement catalan d'une République indépendante.

Le gouvernement espagnol avait immédiatement répondu en destituant l’exécutif catalan, en dissolvant le parlement régional et en plaçant la région sous tutelle. Les principaux dirigeants catalans ont alors été incarcérés ou ont fui à l'étranger pour échapper aux poursuites de la justice, comme Carles Puigdemont.