Affaire Jamal Khashoggi: Si la responsabilité de Riyad est «avérée», la France prendra des sanctions

REACTION « Tant que cela ne sera pas parfaitement établi et tant que ces faits ne seront pas corroborés par nos services de renseignement, nous retiendrons nos décisions »...

20 Minutes avec AFP
— 
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement d'Edouard Philippe.
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement d'Edouard Philippe. — JC Tardivon/SIPA

Des sanctions imminentes ? « Si la responsabilité de l’Arabie saoudite est avérée » dans le meurtre du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, la France prendra des sanctions, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Si les faits sont « corroborés par [les] services de renseignement », le gouvernement agira, a poursuivi le porte-parole du gouvernement. Après avoir nié la mort de Jamal Khashoggi pendant plusieurs semaines, l’Arabie saoudite l’a finalement reconnu, ce dimanche, évoquant une « rixe » ayant mal tourné. Riyad avance désormais que le journaliste a été tué au cours d’une opération « non autorisée » dont le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, n’était pas informé.

« Nous prendrons des sanctions »

« Tant que cela ne sera pas parfaitement établi et tant que ces faits ne seront pas corroborés par nos services de renseignement, nous retiendrons nos décisions », a-t-il expliqué.

En revanche, « dans l’hypothèse où la responsabilité de l’Arabie saoudite est avérée, alors nous en tirerons les conséquences et nous prendrons des sanctions », a déclaré Benjamin Griveaux à l’issue du Conseil des ministres.