VIDEO. Meurtre de Jamal Khashoggi: Cette photo du prince héritier et du fils du journaliste suscite l'indignation

ARABIE SAOUDITE La mise en scène de Riyad passe mal, alors que des soupçons pèsent sur Mohammed ben Salmane...

P.B.

— 

Salah Khashoggi, le fils du journaliste tué, reçoit les condoléances du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, le 23 octobre 2018.
Salah Khashoggi, le fils du journaliste tué, reçoit les condoléances du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, le 23 octobre 2018. — AP/SIPA/AGENCE DE PRESSE SAOUDIENNE

Son père a été tué par un commando saoudien il y a trois semaines, dans ce que la Turquie a qualifié de «meurtre sauvagement planifié». Mardi, Salah Khashoggi, le fils du journaliste défunt, a dû se rendre au palais royal pour serrer la main du roi d'Arabie saoudite et du prince héritier Mohammed ben Salmane, afin de recevoir leurs condoléances. Alors que Riyad peine à convaincre la communauté internationale que l'opération a été menée sans l'accord de «MBS», cette mise en scène a suscité l'indignation.

 

«Salah, le fils de Jamal Khashoggi, n'a pas le droit de quitter le territoire. Ils l'ont convoqué à la cour pour accepter les condoléances [de la famille royale]. Ce regard. Cette photo me donner envie de hurler et de vomir», écrit l'activiste saoudienne Manal al-Sharif.

Selon l'agence AP, Salah Khashoggi est en effet sous le coup d'une interdiction de quitter l'Arabie saoudite, et il n'a vraisemblablement pas eu la liberté de refuser l'invitation, alors que les caméras de l'agence officielle saoudienne étaient là pour l'occasion.

«Répugnant»

«Ils ont tué son père, démembré son corps, orchestré une mise en scène, menti... Et maintenant ils forcent le fils de Khashoggi, qui est prisonnier dans son propre pays, à serrer la main du prince qui a tué son père», s'indigne l'universitaire américain Brian Klaas. Riyad conteste ce point et assure que Mohammed ben Salmane souhaitait simplement convaincre le journaliste de revenir en Arabie saoudite.

Comme de nombreux internautes, le journaliste britannique Piers Morgan juge également cette mise en scène «répugnante».

«Apportez-moi la tête de ce chien»

Après avoir affirmé pendant deux semaines que le journaliste était ressorti du consulat, Riyad a reconnu vendredi que Jamal Khashoggi avait été tué, officiellement «dans une rixe» qui a suivi une altercation. Mais le royaume saoudien affirme que cette opération, «non autorisée», a été menée par des hauts responsables du renseignement, sans que le prince héritier soit au courant. Riyad a arrêté 18 Saoudiens et deux fusibles ont sauté.

Toutes les capitales occidentales ont demandé des explications à l'Arabie saoudite et peinent à croire la version officielle. Le commando semble en effet avoir minutieusement préparé son opération, notamment avec la présence d'un médecin légiste et d'un sosie de Khashoggi pour camoufler le meurtre. Surtout, celui qui porte le chapeau, Saud al-Qahtani, était jusqu'à son limogeage l'un des conseillers les plus proches du prince héritier. Selon Reuters, Qahtani a suivi l'interrogatoire du journaliste par Skype depuis Riyad, lançant au commando: «Apportez-moi la tête de ce chien.»