Le journaliste Jamal Khashoggi a bien été tué au consulat, reconnaît l’Arabie saoudite

ENQUETE Riyad affirme qu'une altercation a conduit à la mort du journaliste dissident...

P.B. avec AFP

— 

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2015.
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2015. — Hasan Jamali/AP/SIPA

Il n’y avait plus de doute, mais c’est désormais officiel : l’Arabie saoudite a reconnu que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait bien été tué à l’intérieur de son consulat à Istanbul, a annoncé samedi l’agence de presse officielle saoudienne SPA. « Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu’il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (…) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », a indiqué l’agence, citant le parquet.

Riyad indique que 18 Saoudiens ont été arrêtés, et qu’un haut responsable du renseignement, Ahmad al-Assiri, a été limogé ainsi que deux conseillers de haut rang à la cour royale. Le roi a également ordonné par décret au prince héritier Mohammed Ben Salmane de restructurer les services de renseignement du royaume.

Le communiqué ne précise pas ce qui a été fait de la dépouille du journaliste. Selon les services du renseignement turc, le commando a découpé son corps avec une scie à os pour le faire disparaître discrètement du consulat.

Les Etats-Unis « attristés »

Le chef de l’ONU s’est dit « profondément troublé » par la nouvelle. « Attristés » par la mort du journaliste, « les Etats-Unis prennent note de l’annonce par le royaume d’Arabie saoudite que l’enquête progresse et que des sanctions ont été entreprises à l’encontre des suspects identifiés », a réagi la Maison Blanche.

L’administration américaine avait adressé vendredi une nouvelle mise en garde à l’Arabie saoudite, évoquant de possibles sanctions s’il s’avérait qu’elle était derrière la disparition du journaliste. Interrogé vendredi, Donald Trump avait prévenu « qu’il pourrait » y avoir des sanctions contre son allié saoudien, précisant alors qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions.