Brexit: Michel Barnier, le négociateur de l’UE, a proposé de prolonger d’un an la période de transition

REPORT Les deux parties doivent encore résoudre la question de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord…

20 Minutes avec AFP

— 

Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier — Markus Schreiber/AP/SIPA

Michel Barnier, le négociateur en chef de l’Union européenne sur le Brexit, a proposé de prolonger d’un an la période de transition qui suivra la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Un report qui devrait permettre de débloquer les négociations, ont indiqué, ce mercredi, deux diplomates européens.

« Une des options est de prolonger la période de transition d’un an », soit jusqu’au 31 décembre 2021, ont-ils indiqué. Un an de plus, c’est la solution envisagée par Michel Barnier pour négocier la future relation entre Londres et l’UE. Les deux parties doivent encore résoudre la question de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, principale pierre d’achoppement des discussions, selon ces sources.

Le Royaume-Uni propose de rester aligné sur les règles douanières

La Première ministre britannique Theresa May est attendue, ce mercredi après-midi à Bruxelles, en plein blocage des négociations, pour une courte intervention devant les dirigeants de l’Union européenne, avant que ces derniers ne se retrouvent entre eux pour un dîner à 27. Ce sommet était initialement présenté comme un « moment de vérité » à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, suivi par la période de transition.

Pour résoudre la question de la frontière physique entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, le Royaume-Uni propose de rester aligné sur les règles douanières de l’Union jusqu’à la signature d’un accord de libre-échange plus large, afin d’éviter le contrôle de marchandises aux frontières.

Une option pour gagner du temps

La proposition de Michel Barnier, présentée mardi aux ministres des Affaires européennes de l’UE, permettrait de gagner du temps pour négocier cet accord commercial, réduisant ainsi le risque de devoir recourir « au filet de sécurité » sur la frontière irlandaise, qui s’appliquerait si aucune meilleure solution n’est trouvée lors de ces négociations.

Concrètement, les 27 souhaitent dans ce cas l’engagement que l’Irlande du Nord restera dans l’union douanière à la fin de la période de transition, ce que le Royaume-Uni refuse.