Trump insulte le physique de Stormy Daniels, elle se moque de son anatomie

ETATS-UNIS Ce nouvel affrontement fait suite à la décision d'un juge qui a annulé la plainte en diffamation de l'actrice X contre Donald Trump...

20 Minutes avec AFP

— 

Photomontage de Donald Trump et de l'ex-star du X Stephanie Clifford («Stormy Daniels»), en 2006.
Photomontage de Donald Trump et de l'ex-star du X Stephanie Clifford («Stormy Daniels»), en 2006. — PHOTOS AP/SIPA

Ça ne vole pas très haut. Donald Trump s’est en pris mardi à Stormy Daniels, qualifiée de « Face de cheval ». L’actrice de films X a aussitôt riposté, surnommant le président américain « Tiny » (Minus), une allusion une description de l’anatomie trumpienne faite dans ses mémoires.

La guerre entre Trump et Daniels a été relancée par la décision d’un tribunal fédéral de Los Angeles, qui a rejeté lundi la plainte en diffamation contre le président américain de celle qui affirme avoir eu une liaison avec le magnat de l’immobilier en 2006 alors qu’il était déjà marié à Melania Trump.

« Avocat de bas étage »

Se félicitant de cette décision de justice, le président américain, coutumier des surnoms moqueurs contre ses adversaires mais aussi des attaques sur l’apparence physique des femmes, s’en est pris à Stormy Daniels, Stephanie Clifford de son vrai nom. « Maintenant, je peux attaquer Face de cheval (Horseface) et son avocat de bas étage dans l’Etat du Texas. Elle confirmera la lettre qu’elle a signée ! Elle ne sait rien de moi, une arnaque complète ! », a tweeté le président américain depuis la Maison Blanche.

Le site d’extrême droite Daily Caller en a rajouté une couche en tweetant une photo de costume de cheval, avant de l’effacer.

« Tiny »

Stormy Daniels a immédiatement répliqué sur Twitter. « Mesdames et messieurs, je vous présente votre président », a-t-elle lancé, dénonçant un homme qui a « une nouvelle fois » montré « ses, hum, limitations, sa haine des femmes et son absence de sang-froid ». « C’est parti, Tiny (minuscule)», a-t-elle conclu, dans une allusion à son livre publié récemment dans lequel elle donnait des détails très explicites sur l’anatomie présumée de l’homme d’affaires.

Son avocat, Michael Avenatti a également contre-attaqué, estimant qu’il ne s’agissait que de la perte d’une manche mineure, et que le président perdrait la bataille autour de la clause de confidentialité signée par Stormy Daniels en échange de son silence.