VIDEO. Disparition du journaliste Khashoggi: Selon Donald Trump, Riyad ne devrait pas être «présumée coupable»

FEU VERT Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, a été reçu par le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, mais aussi par son homologue saoudien, Adel al-Jubeir…

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Ryad, le 16 octobre 2018.
Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Ryad, le 16 octobre 2018. — LEAH MILLIS / POOL / AFP

Deux semaines après la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, les autorités saoudiennes ont donné leur feu vert à la tenue d'une enquête « approfondie », a déclaré, ce mardi, Heather Nauert, la porte-parole américaine du secrétaire d'Etat, Mike Pompeo, en déplacement en Arabie Saoudite.

Après leur entretien, Mike Pompeo et son homologue saoudien, Adel al-Jubeir, ont annoncé être d’accord sur « l’importance d’une enquête approfondie, transparente » et dans un délai raisonnable.

Donald Trump, lui, a appelé à ne pas se précipiter. «J'ai parlé avec le Prince héritier d'Arabie saoudite, qui a nié avec force savoir quoi que ce soit sur ce qui s'est passé dans leur consulat à Istanbul», a-t-il insisté. Dans une interview à AP, le président américain a doublé la mise, estimant que comme avec le juge Brett Kavanaugh, les accusations contre Riyad constituaient «un nouveau cas de ''présumé coupable''».

« Nous faisons face aux défis ensemble, que ce soit dans le passé, aujourd’hui ou demain »

Exilé aux Etats-Unis depuis 2017, Jamal Khashoggi n’a plus donné signe de vie depuis le 2 octobre dernier, après s’être rendu au consulat saoudien à Istanbul (Turquie) pour des démarches administratives. Les autorités turques accusent Ryad d’avoir fait assassiner le journaliste dans le consulat, par un groupe d’agents envoyés spécialement. Les autorités saoudiennes ont jusqu’ici démenti avec fermeté ces accusations.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a, lui, déclaré que Ryad et Washington étaient « des alliés forts et anciens » : « Nous faisons face aux défis ensemble, que ce soit dans le passé, aujourd’hui ou demain », a ajouté le prince Mohammed ben Salmane, lors de l’arrivée de Mike Pompeo au palais royal saoudien. Les deux hommes exhibaient un large sourire.