VIDEO. Disparition du journaliste Khashoggi: Pompeo en route vers Ryad pour rencontrer le roi Salmane

ENQUETE Selon un rapport non définitif, l'Arabie Saoudite plaiderait pour une mort accidentelle lors d'un interrogatoire qui aurait mal tourné...  

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation après la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, devant le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, le 5 octobre 2018.
Une manifestation après la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, devant le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, le 5 octobre 2018. — OZAN KOSE / AFP

Des aveux partiels. L’Arabie saoudite envisagerait de reconnaître que le journaliste Jamal Khashoggi est bien mort au consulat saoudien à Istanbul. Le président américain Donald Trump a de son côté suggéré que la disparition « pourrait être le fait d’éléments incontrôlables » et a dépêché son secrétaire d’Etat Mike Pompeo à Ryad pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Selon CNN, citant deux sources anonymes, Ryad préparerait un rapport dans lequel elle tenterait de minimiser son implication dans la disparition de l’éditorialiste, critique du pouvoir saoudien. Le rapport, avance l’une de ces sources, conclurait que l’opération a été menée « sans autorisation ni transparence » et que « les personnes impliquées seront tenues pour responsables ». Une position qui permettrait à la famille royale saoudienne, selon des sources proches du dossier mentionnées par le Wall Street Journal, de « se dédouaner d’une implication directe » dans la mort de Jamal Khashoggi.

Exilé aux Etats-Unis depuis 2017, le collaborateur du Washington Post n’a plus donné signe de vie depuis le 2 octobre après s’être rendu au consulat saoudien à Istanbul pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une Turque. Selon le Post, la Turquie serait en possession d’enregistrement de surveillance prouvant que l’éditorialiste a été tué à l’intérieur du consulat. Son cadavre aurait ensuite été découpé à la scie pour le faire disparaître en toute discrétion, selon Reuters.

Trump spécule sur « des éléments incontrôlables »

L’Arabie saoudite assure jusqu’ici qu’il a quitté la représentation diplomatique peu de temps après, mais n’a pas été en mesure d’en apporter les preuves. Après s’être entretenu par téléphone avec le roi Salmane, Donald Trump a émis lundi une hypothèse allant dans le sens du rapport que préparerait Ryad.

« Je ne veux pas spéculer à sa place mais il m’a semblé que, peut-être, cela pourrait être le fait d’éléments incontrôlables. Qui sait ? », s’est interrogé le président américain. Donald Trump a par ailleurs déclaré lundi en marge d’un déplacement dans l’Etat de Géorgie que son secrétaire d’Etat Mike Pompeo, qu’il a dépêché en Arabie saoudite pour s’entretenir avec le roi Salmane, « pourrait se rendre en Turquie ou pas ».