VIDEO. Corée du Nord: Trump explique son «amour» et sa « confiance » en Kim Jong-un

ETATS-UNIS Le président américain a été interrogé dans l'émission «60 Minutes» sur sa relation avec Kim et l'avancée du dossier nord-coréen...

M.C.

— 

Donald Trump dans le Mississippi, le 2 octobre 2018.
Donald Trump dans le Mississippi, le 2 octobre 2018. — Evan Vucci/AP/SIPA

« Nous avons une bonne alchimie. » Dans une interview accordée à la célèbre émission 60 Minutes sur la chaîne américaine CBS, Donald Trump a redit dimanche soir qu’il avait « confiance » en Kim Jong-un, avec qui il assure avoir des « atomes crochus », pour démanteler son programme nucléaire.

« On s’entend vraiment bien, a déclaré le président américain. Il y a une bonne énergie entre nous, des affinités. Regardez les horribles menaces qui ont été proférées. Il n’y a plus de menaces. Plus de menaces. » Lors d’un meeting électoral en septembre, il était allé jusqu’à affirmer que Kim et lui étaient « tombés amoureux » l’un de l’autre, saluant les « magnifiques lettres » que lui avait écrites le responsable nord-coréen.

« Je suis au courant de tout ça, je ne suis pas un bébé »

« Il dirige un royaume de répression, de goulag et de famine, d’esclavage et d’exécutions publiques et aurait fait assassiner son demi-frère, objecte la présentatrice de l’émission, Lesley Stahl. C’est cet homme que vous aimez ? » « Oui. Je suis au courant de tout ça, je ne suis pas un bébé, répond Donald Trump. Je sais tout ça. Je… M’entends bien avec lui, d’accord ? », lâche-t-il alors que la journaliste insiste. Cette relation est, déclare-t-il finalement, « ce qu’elle doit être pour que le job soit fait ».

Alors que le sommet de Singapour en juin entre les deux dirigeants a été critiqué pour n’avoir débouché que sur des engagements vagues de Kim en faveur de la dénucléarisation de la péninsule, Donald Trump a qualifié son travail sur ce dossier de « belle réussite », « pour l’instant ». « Juste avant que j’arrive [à la Maison Blanche], nous étions sur le point d’avoir une guerre », a-t-il assuré. « A présent, [Kim] ne veut pas faire la guerre, nous ne voulons pas faire la guerre, il comprend la dénucléarisation et il est d’accord, il l’a dit. »

La semaine dernière, Donald Trump a annoncé que les préparatifs pour un deuxième sommet avec Kim Jong-un avaient avancé et que « trois ou quatre » lieux étaient maintenant envisagés. La rencontre pourrait avoir lieu selon lui après les élections américaines du 6 novembre.