VIDEO. «Crazy motherfucker», la rencontre WTF entre Kanye West et Donald Trump à la Maison Blanche

ETATS-UNIS Les deux hommes devaient parler réforme carcérale mais l'artiste s'est lancé dans un monologue de 10 minutes sans queue ni tête...

Philippe Berry

— 

Donald Trump a reçu le rappeur Kanye West à la Maison Blanche le 11 octobre 2018.
Donald Trump a reçu le rappeur Kanye West à la Maison Blanche le 11 octobre 2018. — Ron Sachs/NEWSCOM/SIPA

La scène est pour le moins singulière : un rappeur, Kanye West, monopolisant la parole pendant 10 minutes, caquette sur la tête et téléphone portable posé sur le bureau du président des Etats-Unis, pour parler de ses attributs masculins, de ses troubles mentaux et de violences urbaines et s'appelant un «crazy motherfucker». Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l’électorat noir.

Devant la presse et accompagné de l’ancien joueur de football américain Jim Brown, « Ye », comme il veut se faire appeler actuellement, s’est présenté dans le Bureau ovale coiffé de la célèbre casquette rouge barrée du slogan de campagne du candidat Trump, « Make America Great Again ».

« Les couilles de la porter »

« Il y a quelque chose quand je mets cette casquette», a-t-il commencé, «ça me fait me sentir comme Superman. C’est mon super-héros préféré ». Il s’est ensuite défini comme quelqu’un qui  admirait « le président américain et le secteur industriel, sans politique, ni conneries», a-t-il précisé.

Continuant d’utiliser un langage peu adapté à la solennité du lieu, il a assuré avoir eu « les couilles » de porter la casquette et s'est qualifié de «crazy motherfucker» (grand malade, en beaucoup moins poli). Il a ensuite expliqué, par souci de protectionnisme économique comme Donald Trump, il avait demandé à l’entreprise de matelas Casper de relocaliser leurs sites de production sur le sol américain.

Dans un tourbillon de paroles, il s’est également ouvert sur la bipolarité qui lui a été diagnostiquée, expliquant qu’il manquait simplement de sommeil. Au passage, il a déverrouillé son iPhone devant les caméras, dévoilant son - peu imaginatif - code secret : 00000

A la fin de son monologue, pendant lequel le président Trump s’est contenté d’opiner, les deux hommes se sont enlacés, avant d’aller déjeuner loin des caméras. « Je vais vous dire quelque chose c’était assez impressionnant », a commenté le milliardaire républicain. « C’était quelque chose ». Des journalistes américains sont restés sans voix.

« C’est un génie »

Le matin, lors d’une interview sur la chaîne conservatrice Fox News, l’ancien magnat de l’immobilier était revenu sur sa relation avec l’artiste : « Je l’aime beaucoup, c’est un ami à moi, je le connais depuis longtemps ». « Dans le monde de la musique on dit que c’est un génie », a-t-il ajouté à propos du rappeur de Chicago, l’une des plus grosses stars du rap aux Etats-Unis et à travers le monde.

Kanye West avait apporté son soutien à Donald Trump après son élection en novembre 2016, en lui rendant notamment visite à la Trump Tower de New York. Une telle prise de position avait détonné dans le milieu du rap américain, majoritairement noir et opposé au milliardaire républicain.

« Quand Kanye a révélé (sa position) il y a quelques mois, quelque chose s’est passé, j’ai monté de 25 % dans les sondages. Du jamais-vu. Il est très suivi au sein de la communauté noire. Très, très suivi », a assuré M. Trump jeudi matin sur Fox News. « J’ai beaucoup de soutien chez les Afro-américains et ça s’est pas mal développé récemment avec Kanye », a-t-il poursuivi.

Au cours de leur déjeuner Kanye West doit évoquer avec lui plusieurs sujets, comme la réforme carcérale et la violence à Chicago, sa ville d’origine ravagée par les affrontements entre gangs. En mai, le président avait déjà reçu la femme du chanteur, Kim Kardashian.