Maroc: Un chômeur non-voyant fait une chute mortelle depuis le toit d’un ministère lors d’une manifestation

DRAME Le jeune homme participait à un sit-in commencé fin septembre et organisé pour réclamer des embauches dans la fonction publique…

20 Minutes avec agences

— 

Une policière dans les rues de Rabat, Maroc.
Une policière dans les rues de Rabat, Maroc. — FADEL SENNA / AFP

La manifestation a tourné au drame. Un jeune chômeur non-voyant qui se trouvait sur le toit du ministère la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social à Rabat (Maroc) a fait une chute mortelle dimanche soir.

L’homme participait à un sit-in organisé depuis fin septembre par des dizaines de personnes malvoyantes au chômage. Leur but était de réclamer des embauches dans la fonction publique.

« Une enquête ouverte »

« Immédiatement après sa chute, (il) a été transféré dans une ambulance mobilisée près du ministère tout au long de ce sit-in » et « a rendu l’âme en route vers l’hôpital », a fait savoir ce ministère dans un communiqué. Celui-ci a exprimé « sa tristesse et son regret profonds pour cet incident tragique », ajoutant qu'« une enquête a été ouverte par les autorités compétentes ».

Depuis le début de la manifestation, des membres de la « coordination nationale des diplômés malvoyants » menaçaient de se jeter du haut du toit du bâtiment ministériel si leurs revendications n’étaient pas entendues.

La problématique du chômage

Ce genre d’incident n’est pas isolé, notamment à Rabat où les diplômés au chômage manifestent fréquemment pour demander leur intégration dans la fonction publique, gage de sécurité de l’emploi. En 2012, un jeune marocain au chômage avait perdu la vie après avoir tenté de s’immoler par le feu. En mars 2017, une dizaine de malvoyants au chômage avaient tenté de faire la même chose à Marrakech (sud).

Au Maroc, plus de quatre jeunes urbains sur dix sont sans emploi. Le taux de chômage des personnes en situation de handicap s’élève à 47,65 %, soit quatre fois plus que la moyenne, selon une étude officielle publiée en 2016.