Journaliste saoudien disparu: La France demande des éclaircissements à l'Arabie Saoudite

ENQUETE Selon plusieurs responsables turques, Jamal Khashoggi, qui n’est jamais ressorti du consulat d’Arabie Saoudite, aurait été tué à l’intérieur du bâtiment…

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation après la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, devant le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, le 5 octobre 2018.
Une manifestation après la disparition du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, devant le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul, le 5 octobre 2018. — OZAN KOSE / AFP

Il n’a plus donné signe de vie depuis le 2 octobre dernier. La France a demandé à l’Arabie Saoudite que le mystère autour de la disparition de Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien qui a disparu la semaine dernière à Istanbul (Turquie), soit éclairci « le plus rapidement possible », a déclaré ce lundi le Quai d’Orsay.

Ce journaliste saoudien, qui travaillait notamment pour le Washington Post, a disparu le 2 octobre à Istanbul, en Turquie, alors qu’il se rendait au consulat de son pays pour effectuer des démarches administratives. « La France est préoccupée par la disparition de M. Jamal Khashoggi, personnalité saoudienne reconnue et estimée », a indiqué Agnès von der Mühll, la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. « Nous souhaitons que sa situation soit éclaircie le plus rapidement possible », a-t-elle ajouté.

Les autorités turques veulent fouiller le consulat

Selon plusieurs responsables turques, Jamal Khashoggi, qui n’est jamais ressorti du bâtiment, aurait été tué à l’intérieur du consulat. Une information que Ryad a immédiatement démentie et qualifié d’affirmations « dénuées de fondement ». Les autorités turques ont demandé depuis à fouiller le consulat.

La France soutient le processus de réformes de modernisation engagé en Arabie Saoudite par Mohamed ben Salmane, le prince héritier. Ce dernier a été reçu avec tous les égards en avril dernier à Paris. Cette politique de modernisation s’est aussi accompagnée d’une accentuation de la répression contre les dissidents, notamment des religieux, des intellectuels ou des féministes.