Les députés PS demandent une commission d'enquête sur les abus sexuels au sein de l'Eglise

PEDOPHILIE La plupart des groupes politiques à l'Assemblée nationle - hormis LR - ne sont pas hostiles au principe d’une telle commission d'enquête...

20 Minutes avec AFP

— 

Valerie Rabault président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale aux côtés d'Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste
Valerie Rabault président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale aux côtés d'Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste — Jacques Witt/SIPA

Les députés socialistes, par la voix de leur présidente Valérie Rabault, ont demandé mardi au président de l'Assemblée, Richard Ferrand (LREM), de créer lui-même une commission d’enquête parlementaire sur les abus sexuels dans l' Église en France.

Un groupe de personnalités réunissant des religieux, d’ex-ministres, des avocats et des victimes a lancé ce week-end un appel pour une telle commission parlementaire afin de « faire la lumière sur le passé pour éviter qu’il ne se reproduise ». Valérie Rabault en est signataire. La plupart des groupes politiques à l'Assemblée - hormis LR - ne sont pas hostiles au principe d’une telle commission, mais aucun jusqu’alors n’est prêt à utiliser son « droit de tirage » (une fois par session ordinaire) pour obtenir son ouverture.

Les communistes veulent « que la clarté soit faite »

Valérie Rabault devait écrire mardi au président de l’Assemblée pour lui demander de créer cette commission par ses pouvoirs propres, a indiqué devant la presse un porte-parole des députés PS, Boris Vallaud.

« Sur des sujets comme cela, il est toujours utile d’essayer de rassembler le plus largement possible », a-t-il argumenté, citant des précédents aux Etats-Unis et en Australie. Pour leur part, les députés communistes veulent « que la clarté soit faite » mais ils souhaitent « élargir le champ de cette commission », ce qui permettrait de ne pas « circonscrire la question de la pédophilie à l’Eglise catholique », a indiqué un porte-parole, Elsa Faucillon.

A l’inverse, Christian Jacob, patron des députés LR, juge qu'« on utilise une commission d’enquête parlementaire sur des missions de contrôle » de l’exécutif. Sur les abus sexuels dans l’Eglise, « on n’est clairement pas dans ce cadre » et « ce sont des faits extrêmement graves qui relèvent de la justice », a-t-il déclaré en conférence de presse.