VIDEO. Séisme et tsunami en Indonésie: Le bilan de 832 morts pourrait encore s'alourdir, trois Français recherchés

CATASTROPHE Deux jours après le violent séisme suivi d’un tsunami sur l’île des Célèbes, en Indonésie, les recherches pour retrouver des survivants se poursuivent…

C.Po.

— 

Un tsunami a dévasté l'île des Célèbes, en Indonésie.
Un tsunami a dévasté l'île des Célèbes, en Indonésie. — MUHAMMAD RIFKI / AFP

Heure après heure, le bilan ne cesse de grimper. Ce dimanche matin - 13 heures en Indonésie - les autorités indonésiennes ont indiqué qu’au moins 832 personnes ont perdu la vie dans le séisme et le tsunami qui ont touché l’île des Célèbes, également appelée Sulawasi. Selon l’agence de presse locale, Antara, 540 personnes ont été blessées.

Un séisme de 7,5 suivi d’une vague de deux mètres

La plupart des victimes ont été recensées à Palu, une agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest de l’île. Des carcasses de véhicules, des bâtiments réduits à des amas de débris, des arbres déracinés et des lignes électriques abattues témoignent de la violence de la catastrophe. Le séisme de magnitude 7,5 qui a frappé l’île vendredi a été rapidement suivi d’un tsunami. Sur des images amateurs diffusées sur France 2, on aperçoit un mur d’eau d’environ deux mètres s’approcher de la côte et détruire les premières habitations.

Un bilan loin d’être définitif, trois Français recherchés

Le dernier bilan pourrait encore s’aggraver : le vice-président indonésien, Jusuf Kalla, a dit craindre que le bilan n’atteigne « un ou plusieurs milliers », se basant sur les précédentes catastrophes. Les hôpitaux, dont certains ont été endommagés, peinent à faire face à l’afflux de victimes et de nombreux blessés sont soignés en plein air.

Au moment du séisme, 71 étrangers, se trouvaient à Palu, dont la plupart sont en cours d’évacuation. Mais les autorités cherchent encore à localiser trois Français.

Aide internationale

Plusieurs pays, parmi lesquels la France, ont proposé leur aide à l’Indonésie. « La France est aux côtés de l’Indonésie dans cette épreuve et se tient prête à apporter son soutien en lien avec les autorités indonésiennes », affirme un communiqué dans lequel le président Emmanuel Macron fait part de « sa tristesse et sa solidarité » avec l’Indonésie et les victimes.

Le Groupe de secours catastrophe français (GSCF), une association humanitaire internationale de sapeurs-pompiers basée à Villeneuve-d’Ascq (Nord), va envoyer quatre personnes et une centaine de kg de matériel en Indonésie après le séisme et le tsunami. « L’équipe doit partir lundi, on aura notamment un vibraphone, un appareil qui vaut plus de 10.000 euros et qui permet d’écouter sous les décombres des victimes quand elles sont coincées », a expliqué le président Thierry Velu, 48 ans, sapeur-pompier professionnel qui est déjà allé cinq fois en Indonésie à la suite de catastrophes naturelles.

Premiers pillages

La population locale est confrontée aux impératifs de base de la survie : trouver des vivres et un abri. Beaucoup d’habitants patientent dans de longues files d’attente pour obtenir de l’eau potable ou des nouilles instantanées. Devant la pénurie de nourriture, eau et carburant, d’autres ont commencé à se servir dans les supermarchés et des stations services, ont constaté des journalistes de l’AFP, présents sur place. « C’est une crise : il n’y a pas de nourriture, rien », se justifie un pillard. « A manger, de l’eau, c’est ce dont nous avons désespérément besoin ».

Des séismes à répétition tout l’été

Tout au long de l’été, l’archipel indonésien, composé de 17.000 îles, a été touché par une série de tremblements de terre. Quelque 500 personnes sont décédées et 1.500 ont été blessées en août sur l’île de Lombok, voisine de Bali. Le pays, formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique. Le 26 décembre 2004, le pays avait déjà été frappé par le terrible tsunami qui a ravagé une partie du sud-est asiatique, faisant 220.000 morts dans la région dont 168.000 sur l’île de Sumatra en Indonésie.