ONU: Moscou et Pékin demandent un allègement des sanctions pour la Corée du Nord

DENUCLEARISATION Lors d'une réunion de l’ONU, Washington avait pourtant demandé une application « stricte » des sanctions pour aboutir à une dénucléarisation du pays…

20 Minutes avec AFP

— 

Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, le 26 septembre 2018 à l'ONU.
Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, le 26 septembre 2018 à l'ONU. — SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Joute diplomatique au Conseil de sécurité de l’ONU. La Chine et la Russie ont plaidé ce jeudi en faveur d’un allégement des sanctions contre la Corée du Nord. Un peu plus tôt, les Etats-Unis avaient appelé à une application « stricte » de ces mesures pour garantir la réussite de sa dénucléarisation.

C’est le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui a pris la parole en premier pour dénoncer des violations des limites imposées aux importations de pétrole et de charbon par Pyongyang ainsi qu’à l’accueil de travailleurs expatriés nord-coréens par certains Etats. Sans désigner Moscou et Pékin, il a déploré que certains pays membres du Conseil, censés « montrer l’exemple », court-circuitent les résolutions de l’ONU.

Récompenser la détente diplomatique

Ces deux pays ont opposé une fin de non-recevoir à son appel. Les mesures punitives doivent être respectées sans être « une fin en soi », a répondu son homologue chinois Wang Yi. Les « développements positifs » doivent conduire le Conseil de sécurité à « modifier les sanctions à la lumière du respect des résolutions par la Corée du Nord », a-t-il argumenté.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a aussi appelé à accompagner par « des signes positifs » la spectaculaire détente en cours après les menaces de guerre atomique de l’an dernier. « Des pas nord-coréens vers un désarmement progressif doivent être suivis par un allégement des sanctions », a-t-il martelé.

Des annonces « positives »

Officiellement, les Etats-Unis refusent toute approche progressive et donnant-donnant. Leur ligne : la dénucléarisation complète d’abord, la levée des sanctions seulement en bout de processus. Pour autant, Mike Pompeo a voulu insister sur des annonces « positives » après la reprise récente du dialogue direct avec les Nord-Coréens.

Il a rencontré son homologue nord-coréen Ri Yong Ho, mercredi à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, et annoncé qu’il se rendrait en octobre à Pyongyang, pour la quatrième fois depuis le printemps.