VIDEO. Cour suprême: «J'ai cru qu'il allait me violer», le témoignage poignant de l'accusatrice du juge Kavanaugh

ETATS-UNIS Christine Blasey Ford, une universitaire de 51 ans, livre sa version des faits devant les sénateurs américains...

20 Minutes avec AFP

— 

Christine Blasey Ford, qui accuse le juge Kavanaugh d'agression sexuelle, témoigne devant les sénateurs américains, le 27 septembre 2018.
Christine Blasey Ford, qui accuse le juge Kavanaugh d'agression sexuelle, témoigne devant les sénateurs américains, le 27 septembre 2018. — Win McNamee/NEWSCOM/SIPA

L’Amérique a entendu sa voix pour la première fois. « Terrifiée » mais habitée par le sens du « devoir », l’universitaire Christine Blasey Ford a accusé jeudi sous serment le candidat de Donald Trump à la Cour suprême de l’avoir agressée sexuellement en 1982, lors d’une audition historique au Sénat.

La voix tremblante mais sûre d’elle « à 100 % », la chercheuse en psychologie de 51 ans a accusé le juge Brett Kavanaugh d’avoir tenté de la violer lors d’une soirée entre lycéens, un épisode qui a « radicalement » changé sa « vie ». Le magistrat conservateur de 53 ans nie catégoriquement. Il sera entendu après elle par la commission judiciaire du Sénat lors de cette audience retransmise en direct sur des millions d’écrans.

« Je me souviens de leurs rires »

Selon elle, Brett Kavanaugh et son ami Mark Judge, « visiblement ivres », l’ont isolée dans une chambre alors qu’elle se rendait aux toilettes. On l’a poussée sur le lit puis « Brett s’est mis sur moi », tentant de la déshabiller tout en la touchant partout sur le corps. « Il avait du mal parce qu’il était tellement ivre et je portais un maillot de bain une pièce en dessous de mes vêtements ».

Lorsqu’elle a tenté de crier, Brett Kavanaugh a voulu l’en empêcher en plaçant sa main sur la bouche. « C’est ce qui a eu l’impact le plus durable sur ma vie », a-t-elle confié. « J’avais du mal à respirer et j’ai cru que Brett allait accidentellement me tuer ».

De quoi se souvient-elle le plus ? « A jamais gravés dans mon esprit, les rires bruyants des deux, alors qu’ils s’amusaient à mes dépens (…) J’étais sous l’un d’entre eux alors que les deux riaient ».

L’Amérique les yeux braqués sur l’audition

Des millions de téléspectateurs regardent l’audition, au bureau, à Wall Street et même dans l’avion – comme Donald Trump à bord d’Air Force One. Viré par Trump, le procureur Preet Bharara estime que le témoignage de Christine Blasey Ford est « crédible et dévastateur ». Le journaliste de Fox News, Chris Wallace, estime qu’on ressent « de l’empathie » pour l’accusatrice, et que l’audition est « un désastre » pour les républicains. Elle n’est toutefois pas terminée, et le juge Kavanaugh aura l’occasion de donner sa version des faits.