L'éléphant qui sauve un lionceau, un poisson d'avril au succès mondial

FAKE OFF Depuis avril 2018, le photomontage d'un éléphant portant un lionceau sur sa trompe connaît un succès conséquent sur les réseaux sociaux...

Alexis Orsini

— 

Ce poisson d'avril rencontre un succès colossal depuis plusieurs mois.
Ce poisson d'avril rencontre un succès colossal depuis plusieurs mois. — capture d'écran
  • En avril 2018, le cliché d'un éléphant transportant un lionceau sur sa trompe, aux côtés d'une lionne, est vu plus de 20 millions de fois.
  • Cette scène atypique connaît un regain de viralité ces derniers jours sur Facebook.
  • Il s'agit en fait d'un poisson d'avril réalisé par un jeune Sud-Africain, qui se livre à un photomontage de ce genre chaque année.

EDIT : cet article a été actualisé, avec l'ajout d'une réponse de Nadav Ossendryver, obtenue après sa parution initiale.

La « photo du siècle » – comme la décrivent les pages qui la partagent – n’en finit plus de circuler sur les réseaux sociaux ces derniers mois. Depuis sa première mise en ligne, en avril 2018, elle a fasciné des internautes du monde entier, émus par cet éléphant qui traverse la route aux côtés d’une lionne tout en portant, sur sa trompe, le lionceau de cette dernière.

La légende qui accompagne cette scène la rend encore plus singulière : « Une lionne et son petit [traversaient] la savane mais la chaleur était excessive et le lionceau était en grande difficulté pour marcher. Un éléphant s’est rendu compte que son petit mourait et l’a porté dans sa trompe jusqu’à un plan d’eau marchant à côté de sa mère ».

L’histoire est aussi touchante qu’atypique… mais complètement fictive, comme le reconnaissait l’auteur du photomontage peu après sa mise en ligne. Ce qui n’empêche pas la photo de connaître un nouveau regain de viralité ces dernières semaines, avec plus de 20.000 partages cumulés sur deux posts Facebook.

FAKE OFF

La mise en ligne du cliché d’origine remonte au 1er avril 2018, après sa mise en ligne sur Facebook, Twitter et Instagram par « Latest Sightings », une appli qui permet aux personnes en plein safari de partager en temps réel leurs rencontres avec des animaux sauvages (localisation, heure et photo à l’appui) pour permettre aux autres membres de la communauté de les rejoindre.

La photo est accompagnée d’une légende en anglais – légèrement différente de la version française qui circule depuis : « Nous étions en train de suivre une lionne en train de porter son lionceau et elle fatiguait vraiment. Un éléphant est venu l’aider, il a baissé sa trompe, le lionceau a sauté et l’éléphant l’a transporté. »

Le texte comporte en outre une indication géographique sur l’emplacement des animaux au sein du parc national sud-africain Kruger, et crédite l’auteur de cette trouvaille : un dénommé « Sloof Lirpa »… qui n’est autre que l’anagramme de « April’s Fool », soit « poisson d’avril » en anglais. 

Trois animaux sans aucun lien réunis sur une photo

Car le cliché est en fait un photomontage réalisé par Nadav Ossendryver – créateur de « Latest Sighthings » – à partir de trois photos différentes (pointées du doigt par un utilisateur de Twitter particulièrement observateur). La première est bien celle d’un éléphant immortalisé au sein du parc en 2005. Mais le lionceau installé sur sa trompe a en fait été photographié dans le zoo australien Werribee, où il vit aux côtés de trois de ses congénères.

Nadav Ossendryver s’est contenté d’inverser horizontalement le cliché original pour faire regarder le lionceau dans la direction de sa « mère »… une lionne photographiée pour sa part en février 2012 dans la réserve sud-africaine de Londolozi – qui aurait été retrouvée morte un mois plus tard.

Le cliché original qui a servi au photomontage (avec deux autres photos).
Le cliché original qui a servi au photomontage (avec deux autres photos). - Felix Andrews

Quelques jours après le succès rencontré par sa publication, qui a vite dépassé les 20 millions de vues, Nadav Ossendryver confiait à Business Insider South Africa avoir dû préciser qu’il s’agissait d’un photomontage à certains médias  - comme The Telegraph - lui demandant l’autorisation de réutiliser sa photo.

Le jeune Sud-Africain se félicitait au passage du succès de sa blague, lui qui s’amuse à mettre en scène une fausse rencontre animale chaque 1er avril, depuis cinq ans : « Tout s’est aligné pour permettre [à cette blague] de décoller. » Il précise en outre à 20 Minutes : « Latest Sightings consiste à permettre de partager ses découvertes en temps réel, ce qui est donc sérieux. Mais [le 1er avril] est le seul jour où on peut faire une blague à la communauté. »

Nadav Ossendryver s'est par ailleurs fendu, le 2 avril 2018, d'un article revenant sur l'historique de ses photomontages et sur les raisons de leur succès viral – ou de leur échec. Il y partageait l'un de ses enseignements : « Les talents de [photomonteur] sont aussi importants que l'anecdote racontée. » La preuve avec cette blague de 2016, bien moins susceptible de duper les internautes. 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.