Etats-Unis : Accusé d’avoir comploté contre Trump, l’adjoint à la Justice sur un siège éjectable

REGLEMENTS DE COMPTE Rod Rosenstein devrait être fixé sur son sort jeudi après un tête-à-tête avec le président américain...

Philippe Berry

— 

Le n°2 de la Justice, Rod Rosenstein, avec Donald Trump, le 23 mai 2018.
Le n°2 de la Justice, Rod Rosenstein, avec Donald Trump, le 23 mai 2018. — S.LOEB/AFP

Il est encore adjoint à la Justice, au moins jusqu’à jeudi. Alors que de nombreux médias américains évoquaient son départ, lundi matin, Rod Rosenstein, qui est accusé d’avoir comploté contre Trump, rencontrera le président américain jeudi après l’Assemblée générale de l’ONU, a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

« A [sa] demande, Rod Rosenstein et le président Trump ont eu une longue discussion sur les informations parues dans la presse », précise Sanders. Mais parce que l’emploi du temps du président américain est chargé avec l’Assemblée générale de l’ONU, cette semaine, leur tête-à-tête attendra jeudi.

Le procureur Mueller menacé ?

La Maison Blanche met ainsi fin à la grande confusion sur l’avenir de ce celui qui a nommé le procureur spécial Robert Mueller et supervise l’enquête sur la Russie. Lundi matin, Axios avait affirmé qu’il avait « verbalement démissionné » et annoncé la nouvelle au chef de cabinet de Donald Trump. Selon le Washington Post, il aurait proposé de démissionner car il s’attend à être limogé à tout moment.

Le New York Times a mis le feu aux poudres jeudi. Selon les informations du quotidien, Rosenstein aurait évoqué avec des collègues de son ministère et du FBI la possibilité qu’il enregistre Donald Trump à son insu afin de pouvoir invoquer le 25e amendement pour le déclarer inapte. Il aurait fait cette suggestion au printemps dernier, lors du chaos qui a suivi le limogeage du directeur du FBI James Comey. Vendredi, Rod Rosenstein a démenti, dénonçant un article « inexact et factuellement incorrect ».

Dimanche, Donald Trump a indiqué dans une interview qu’il n’avait pas encore tranché sur l’avenir de d’adjoint à la Justice. Les démocrates ont d’ores et déjà appelé à protéger Robert Mueller : la prochaine personne dans la ligne de succession pourrait en effet décider de mettre fin à la mission du procureur ou réduire la portée de l’enquête.