La chute d'une grue à New York fait un mort

ETATS-UNIS Il y a deux mois déjà, une autre grue s'était effondrée...

De notre correspondant à New York, Gilles Bouvaist

— 

Chute d'une grue à New York.
Chute d'une grue à New York. — S. STAPLETON / REUTERS

Sous une nuée d’hélicoptères et derrière une armada de camions de pompiers, gisent les restes de la grue qui s’est effondrée vers huit heures du matin à New York, dans le quartier de l’Upper east side (nord est).

Selon un bilan provisoire, elle a tué dans sa chute une personne –le pilote de la grue– et en a blessé gravement deux autres, tous employés par la société de construction du site. Ceux-ci travaillaient dans un immeuble de quinze étages. En basculant, la grue est tombée sur le toit d’une tour d’habitation de vingt étages situé en face, entraînant dans sa course vers le sol des larges morceaux des balcons. Un piéton a été légèrement blessé et sept bâtiments ont été évacués.

L’accident marque d’autant plus les esprits qu’il y a deux mois déjà, un peu plus bas dans la ville, une autre grue s’était effondrée sur un bâtiment, faisant sept morts. Un scandale qui avait entraîné la démission de la responsable du service en charge des bâtiments de la ville et une révision complète de la procédure d’inspection de tous les sites de construction de la ville. Les accusations de corruption et de laxisme pleuvent depuis plusieurs années sur le service municipal chargé des permis de construire et de la surveillance des chantiers. 4200 bâtiments seraient actuellement en construction dans une ville en plein boom immobilier qui en compte déjà un million.

Selon une enquête du quotidien new-yorkais Daily News, les incidents graves impliquant des grues seraient passés de 19 en 2006 à 29 en 2007. Les demandes de permission de grue auraient augmenté de 707 en 2003 à 931 en 2006. Le maire de New York, Michael Bloomberg, et le gouverneur de l’Etat, James Paterson, se sont rendus sur les lieux.

Derrière le ruban jaune délimitant la «scène du crime», Charles Bannerbeie, l’un des ouvriers qui travaillait dans le dernier étage du bâtiment en construction, regarde incrédule la grue sans tête au milieu d’un tas de ciment et de verre brisé. «Il y a eu comme un roulement puis une grosse explosion. Boum boum… Comme si le fer explosait. Nous nous sommes tous précipités dans la rue. Si elle était tombée dans l’autre sens, nous y serions tous restés. C’est un terrible désastre.»