Tanzanie: Deuil national et recherche des coupables après le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria

ENQUETE Le bateau transportait des caisses de bière et de maïs ainsi que des véhicules, en plus des passagers déjà en surnombre...

20 Minutes avec AFP

— 

Des images du ferry retourné sur le lac Victoria en Tanzanie.
Des images du ferry retourné sur le lac Victoria en Tanzanie. — AP/SIPA

Le naufrage a fait 131 victimes, selon le dernier bilan officiel. Le président tanzanien John Magufuli a décrété ce vendredi quatre jours de deuil national à la suite du naufrage d’un ferry au sud du lac Victoria. Pendant ce temps, les enquêteurs cherchent à identifier les coupables.

Le ferry MV Nyerere « a une capacité de 25 tonnes de marchandises et de 101 passagers, mais s’agissant des passagers, il saute clairement aux yeux que le nombre était dépassé, car il y a encore des corps qui n’ont pas été repêchés », a déploré le président dans un discours prononcé sur la télévision publique TBC One.

Des caisses de bière et des véhicules

Les recherches de corps continuent ce vendredi mais un dernier bilan fait état d’au moins 131 morts et 40 rescapés. Dénonçant une « négligence », le président a assuré qu'« il y avait aussi, en plus des bagages des passagers, des sacs de maïs, des caisses de bière et de soda ainsi que des véhicules ».

Le MV Nyerere, exploité par l’Agence tanzanienne des services électriques et mécaniques, a chaviré jeudi après-midi dans le sud du lac Victoria à quelques dizaines de mètres à peine de sa destination finale, le débarcadère de l’île d’Ukara.

Déséquilibre à l’avant

Plusieurs témoins interrogés par l’AFP ont rapporté qu’à l’approche de l’île, des passagers se sont déplacés vers l’avant du navire pour se préparer à débarquer. Ce mouvement aurait déséquilibré le bateau, qui s’est alors retourné.

Si les autorités sont souvent peu regardantes sur la sécurité sur le lac Victoria, le président Magufuli a voulu se montrer inflexible ce vendredi. « Les responsables seront absolument punis », a-t-il tancé. « J’ai ordonné l’arrestation de toutes les personnes impliquées dans la gestion du ferry. Les arrestations ont déjà commencé », a-t-il dit, assurant que le gouvernement prendra en charge les frais funéraires.