Etats-Unis: Des téléspectateurs choqués par le duplex d'un journaliste à l'arrivée de l'ouragan Florence

INTEMPERIES Les vents de l’ouragan Florence soufflent à plus de 150 km/h sur la côte est du pays…

L.Br.

— 

Le vent souffle sur Myrtle Beach, sur la côte est des Etats-Unis.
Le vent souffle sur Myrtle Beach, sur la côte est des Etats-Unis. — Alex Edelman / AFP

C’est presque devenu un classique de la télévision. En cas d’ouragan, il faut avoir un journaliste sous la pluie, le K-way battu par le vent. La télévision américaine n’a pas dérogé à cette tradition, en envoyant Gadi Schwartz se frotter aux vents à 150 km/h de l’ouragan Florence à Radio Island, en Caroline du Nord.

La scène a choqué des téléspectateurs qui ont partagé leur étonnement sur les réseaux sociaux. Les pieds dans l’eau, entièrement trempé, coiffé d’une simple casquette… Le journaliste Gadi Swchartz, employé par la chaîne MSNBC, a réalisé un duplex en pleine tempête, dans l’une des zones les plus touchées par les pluies diluviennes et les vents violents de l’ouragan Florence.

Risques d’inondation élevés

Sur Twitter, il a partagé des photos et des vidéos de l’endroit où il se trouve, confirmant la dangerosité de son duplex. Ses confrères et de nombreux internautes lui ont envoyé des messages de soutien, afin qu’il se mette à l’abri avec son équipe. « Bon travail là-bas, s’il vous plaît, restez en sécurité les gars », écrit une consœur sur Twitter.

[«Je suis convaincu qu’MSNBC essaie activement de tuer #GadiSchwartz. »]

[«Honte à MSNBC d’envoyer Gadi Scwhartz dans des conditions si dangereuses. Ce genre de pratique doit cesser. »]

[«L’homme qui est à Radio Island prend une raclée et va se noyer. S’il vous plaît, mettez-le à l’abri de ce mauvais temps. Ça fait plusieurs heures que je le vois maintenant. »]

L’ouragan reste dangereux même s’il a été rétrogradé en catégorie 1 (sur 5), ont averti les services météorologiques américains. Les risques d’inondation sont particulièrement élevés sur les côtes, là où se trouve le journaliste, et même à l’intérieur des terres. Ce n’est pas la première fois qu’une telle exposition de journalistes soulève l’indignation. Lors de l’ouragan Irma, la sécurité de plusieurs journalistes en duplex avait été menacée.