Affaire Skripal: Les deux russes suspectés disent être des touristes, le Royaume-Uni dénonce des «mensonges»

CRISE Les Britanniques ont vivement réagi après la diffusion d'une interview des deux hommes sur la chaine d'Etat russe RT, affirmant que « les mensonges et les inventions flagrantes (...) sont une insulte à l’intelligence du public »...

20 Minutes avec AFP

— 

Les deux suspects capturés par les caméras de surveillance de Salisbury.
Les deux suspects capturés par les caméras de surveillance de Salisbury. — HO / Metropolitan Police Service / AFP

Visite touristique ou meurtre organisé ? Les deux hommes accusés par Londres d’être des agents du renseignement militaire russe et d’avoir empoisonné l’ex-espion Sergueï Skripal se sont manifestés ce jeudi à la télévision. Ils assurent être de simples touristes venus visiter Salisbury.

« Nous sommes ceux qui ont été montrés sur les photos : Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov », commencent-ils sur la chaîne de télévision russe RT, ajoutant qu’il s’agit de leurs vrais noms. Devant la caméra, les deux hommes d’une quarantaine d’années, d’apparence sportive, semblent mal à l’aise. Ils ressemblent aux deux portraits diffusés par le Royaume-Uni concernant les suspects de l’attaque au Novitchok visant l’ex-espion russe et sa fille, ainsi qu’un couple de Salisbury.

La flèche de la cathédrale et l’horloge

Selon eux, leur présence dans cette ville anglaise relevait de la simple visite touristique. « Nos amis nous avaient suggéré depuis longtemps de visiter cette ville fabuleuse », poursuivent-ils, Rouslan Bachirov ajoutant qu’ils voulaient découvrir « la célèbre cathédrale de Salisbury ». « Elle est connue pour sa flèche de 123 mètres et son horloge, la plus ancienne du monde à toujours fonctionner », détaille l’un des deux hommes.

Quand Margarita Simonian, la rédactrice en chef de RT, leur demande s’ils sont des agents du renseignement militaire russe (GRU), les deux hommes répondent énergiquement par la négative. Rouslan Bochirov précise même qu’ils sont « de petits entrepreneurs ». « Nous travaillons dans l’industrie du fitness », ajoute Alexandre Petrov.

Mensonges et inventions « flagrantes »

Sans surprise, ils ont aussi nié avoir tenté de tuer Sergueï Skripal. Citée par l’agence de presse Ria Novosti, Margarita Simonian précise que les deux hommes ont refusé de répondre à « toutes les questions susceptibles de donner des informations sur leur milieu, leur biographie, leurs amis ». Les deux hommes ont justifié cette attitude en affirmant, dans l’interview, vivre « un cauchemar » depuis que leur visage et leur identité ont été associés à l’affaire Skripal.

Le gouvernement britannique a vivement réagi ce jeudi après la diffusion de l’interview. « Les mensonges et les inventions flagrantes exprimés dans cet entretien à une télévision d’État russe sont une insulte à l’intelligence du public », a déclaré un porte-parole de Downing Street lors d’un point presse à Londres. « Ils sont profondément offensants pour les victimes de cette attaque et leurs proches. »

Le Royaume-Uni accuse Moscou d’être derrière cette attaque, à l’origine d’une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux.

>> A lire aussi : Affaire Skripal. Londres affirme que l'ex-espion était surveillé depuis au moins 5 ans par les services russes

>> A lire aussi : Affaire Skripal. Risque pour le public, état des victimes... Ce que l'on sait du nouvel empoisonnement au Novitchok

>> A lire aussi : Affaire Skripal. La fille de l'ex-espion russe empoisonné va mieux et a quitté l'hôpital