Etats-Unis: La Caroline du Nord fait la fête en attendant l'ouragan Florence

PLANETE « Avant l’ouragan, vous buvez. Pendant l’ouragan, vous buvez. Après l’ouragan, vous buvez et vous pleurez »…

20 Minutes avec AFP

— 

La plupart des habitants de Topsail Beach, en Caroline du Nord, ont été évacués à l'approche de l'ouragan Florence.
La plupart des habitants de Topsail Beach, en Caroline du Nord, ont été évacués à l'approche de l'ouragan Florence. — MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

C’est une tradition dans les Etats américains habitués aux ouragans. A chaque passage de l’un d’eux, des « hurricane parties » sont organisées pour tuer l’ennui et évacuer le stress. La Caroline du Nord ne déroge pas à la règle avec l'ouragan Florence.

« Restez sur vos gardes, soyez prudents, buvez de la bonne bière » ; « Florence déteste la bière locale ». Sur leurs chevalets de trottoir ou les planches de bois temporairement placardées sur leurs vitrines, les bars du bourg historique de Wilmington y vont presque tous ces jours-ci de leur référence à l’ouragan qui menace la ville.

« Qu’est-ce qu’on fait dans ces cas-là ? On boit ! »

Le plupart d’entre eux étaient encore ouverts mercredi, jusque tard dans la nuit, alors que beaucoup d’autres commerces locaux avaient déjà baissé le rideau, parfois faute de main-d’œuvre. « Avec l’ouragan, les gens n’ont pas besoin de travailler le lendemain. Et qu’est-ce qu’on fait dans ces cas-là ? On boit ! », explique Jordan Berry derrière le comptoir du Cape Fear Wine & Beer, où la chaîne météo a remplacé les retransmissions sportives sur les télés.

Les Américains appellent ça une « hurricane party ». Le principe ? « Avant l’ouragan, vous buvez. Pendant l’ouragan, vous buvez. Après l’ouragan, vous buvez et vous pleurez, résume une des clientes du bar, Margot Stevens. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour l’arrêter. Alors, s’il faut mourir, autant mourir heureux. »

Une catharsis

L’ouragan Florence, attendu dans l’après-midi de jeudi sur les côtes de la Caroline du Nord et de la Caroline du Sud, est présenté comme dévastateur. S’il s’est un peu affaibli depuis mercredi, il porte le danger de pluies diluviennes et d’inondations catastrophiques.

Carla Mahaffee ira, elle, chez des amis, dont le rituel est invariablement le même à chaque tempête : « Jacuzzi, pizzas, drogues et vodka ». Tout un programme. « Les périodes d’ouragans peuvent être très ennuyeuses. Alors, il peut nous arriver de monter sur le toit "jouer aux reporters" bravant les éléments avec des micros factices. »

« Les gens sont angoissés par ce qui pourrait arriver à leur maison, à leur lieu de travail, à leur voiture. Ils relâchent la pression comme ils peuvent », justifie-t-il en servant une bière artisanale locale au nom de circonstance : Tropical Lightning -- foudre tropicale.

>> A lire aussi : Réputée pour ses tournages de films, Wilmington s'apprête à affronter l'ouragan Florence