Irak: Deux hôpitaux ont rouvert dans l'ouest de Mossoul sur les ruines d'anciens établissements

CONFLIT La région dispose aujourd’hui de 1.000 lits, contre 6.000 avant les premiers assauts de l’État islamique…

20 Minutes avec agences

— 

Des Irakiens se font soigner dans un hôpital de campagne géré par l'armée irakienne après des bombardements à l'ouest de Mossoul, en juin 2017.
Des Irakiens se font soigner dans un hôpital de campagne géré par l'armée irakienne après des bombardements à l'ouest de Mossoul, en juin 2017. — Laurence Geai/SIPA

Deux hôpitaux ont rouvert ce dimanche dans l’ouest de Mossoul (Irak), dans la zone la plus ravagée de la ville. Les deux établissements, l’un pour les urgences et l’autre de gynécologie obstétrique, disposent respectivement d’une capacité de 75 et 50 lits.

La ville a été libérée de l’emprise des jihadistes en juillet 2017. Les locaux ont été installés dans des préfabriqués, sur les sites d’hôpitaux détruits pendant les combats.

Investissement des ONG

La province irakienne de Ninive dispose désormais de 1.000 lits, contre 6.000 avant « la percée en 2014 du groupe Etat islamique (EI)​ », a indiqué le docteur Falah al-Taï, chef de la direction provinciale de la Santé. Le secteur de la santé dans la région a subi « de très importants dégâts », mais le gouvernement « n’y accorde que peu d’importance ».

Ce sont donc les organisations humanitaires qui prennent le relais, selon le docteur Taï. L’Irak est le 12e pays le plus corrompu au monde. « Les bailleurs de fonds ne font pas confiance aux institutions publiques », renchérit Alaa Abdel Sada de l’ONG Dari, qui a pris en charge la réouverture des hôpitaux. Grâce à des fonds de l’OMS, son organisation a pu transférer depuis des régions voisines des installations provisoires vers Mossoul.

>> A lire aussi : Le chef de Daesh appelle à poursuivre le «djihad» dans un enregistrement

>> A lire aussi : VIDEO. Une ex-esclave de Daesh affirme avoir rencontré son bourreau en Allemagne (et elle a décidé de retourner en Irak)