Corée du Nord: Un tweet de Trump stoppé de justesse aurait pu déclencher une guerre, selon Bob Woodward

COREE DU NORD Dans son livre à paraître mardi, le journaliste Bob Woodward raconte que le message, s’il était parti, aurait été interprété par la Corée du Nord comme le signal d’une attaque américaine imminente…

M.C.

— 

Le président américain Donald Trump, s'exprimant lors d'une réunion de la Maison Blanche avec des membres du Congrès, discute de ses remarques lors de la conférence de presse d'Helsinki lundi avec le président russe Vladimir Poutine.
Le président américain Donald Trump, s'exprimant lors d'une réunion de la Maison Blanche avec des membres du Congrès, discute de ses remarques lors de la conférence de presse d'Helsinki lundi avec le président russe Vladimir Poutine. — Polaris/SIPA

« Quand on voit comment fonctionne la Maison Blanche, on se dit "Prions pour qu’il n’y ait pas de crise" », lâche Bob Woodward sur la chaîne CBS News. Le journaliste d’investigation, connu pour ses révélations dans l’affaire du Watergate, publie mardi son nouveau livre Fear : Trump in the White House, déjà annoncé comme un brûlot lourd en révélations sur le gouvernement de Donald Trump.

En guise de crise, c’est une guerre avec la Corée du Nord qui aurait été évitée de justesse selon le journaliste. Il affirme que le président américain envisageait de publier un tweet pour ordonner le retour des familles des 28.000 militaires américains basés en Corée du Sud, un message finalement pas envoyé par le milliardaire.

« Eviter la troisième guerre mondiale »

« A ce moment-là, l’état-major au Pentagone s’est vivement alarmé, en pensant : "Mon Dieu, ce tweet alors que nous disposons d’informations fiables selon lesquelles les Nord-Coréens vont interpréter cela comme le signal d’une attaque imminente" » de la part des Etats-Unis, a déclaré Bob Woodward.

Selon lui, Donald Trump est obsédé par la dépense annuelle de 3,5 milliards de dollars pour maintenir les troupes américaines en Corée du Sud, en guise de rempart contre le Nord. Il aurait déclaré au cours d’une réunion « Je ne sais pas pourquoi ils sont là-bas. Ramenons-les tous à la maison. » Son ministre de la Défense, James Mattis, lui aurait expliqué : « Nous faisons cela afin d’éviter la troisième guerre mondiale ».