Suède: Le Pen et Mélenchon se félicitent des résultats... mais pas pour les mêmes raisons

SUEDE LREM a estimé de son côté que le score de l'extrême droite tirait «la sonnette d'alarme face à la vague nationaliste»...

M.C. avec AFP

— 

Le leader de l'extrême droite suédoise Jimmie Akesson, à Stockholm le 9 septembre 2018.
Le leader de l'extrême droite suédoise Jimmie Akesson, à Stockholm le 9 septembre 2018. — Anders Wiklund/AP/SIPA

Les législatives suédoises font réagir tous azimuts en France. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont chacun, pour des raisons opposées, félicités du résultat des législatives dimanche en Suède, tandis que LREM a estimé que le score de l’extrême droite tirait « la sonnette d’alarme face à la vague nationaliste ».

Selon les résultats, l’extrême droite progresse, revendiquant une « énorme influence » sur la politique du pays scandinave, sans cependant se hisser au niveau espéré, tandis que droite et gauche étaient à égalité parfaite.

« Victoire contre l’extrême droite en Suède. Et notre allié suédois dans la coalition européenne Maintenant Le Peuple [le Parti de gauche] progresse et atteint 10 % ! », a salué en début de soirée le chef de file de La France insoumise sur twitter.

Pour sa part, la présidente du Rassemblement national s’est réjouie sur le réseau social d'« une mauvaise soirée pour l’Union européenne ». « La révolution démocratique en Europe est en cours ! », a-t-elle ajouté.

 

« Après l’Autriche ou l’Italie, c’est au tour de la Suède »

De son côté, Christophe Castaner, délégué général d’En Marche, a salué « l’arrivée en tête » du Parti social-démocrate, mais a estimé que le score obtenu par Les Démocrates de Suède (SD), formation anti-immigration, nationaliste et europhobe « tire une fois encore la sonnette d’alarme ».

« Après l’Autriche ou l’Italie, c’est au tour de la Suède de subir cette vague populiste », a déclaré Christophe Castaner dans un communiqué. « Ce score nous oblige. Il nous renforce dans notre volonté d’unir toutes les forces progressistes européennes autour d’un projet commun de refonte de l’Europe. Sans ce rassemblement, l’Europe court à sa perte », a-t-il également écrit sur son compte Twitter.

Le Parti social-démocrate du Premier ministre Stefan Löfven perd près de trois points par rapport à 2014 (28,3 % des suffrages, selon des résultats portant sur 85 % des circonscriptions). Les conservateurs perdent 3,5 points (19,8 % des voix). Le SD obtiendrait 17,7 % des votes, après 12,9 % en 2014, échouant à devenir le deuxième plus grand parti de Suède.