Etats-Unis: Le chômage baisse et les salaires augmentent

REVENUS Les données économiques du mois d’août aux Etats-Unis sont encore meilleures qu’attendues…

20 Minutes avec AFP

— 

Les créations d'emploi aux Etats-Unis augmentent fortement, entraînant les salaires à la hausse.
Les créations d'emploi aux Etats-Unis augmentent fortement, entraînant les salaires à la hausse. — JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L’emploi américain toujours très dynamique fait enfin grimper les salaires en août, avec un taux de chômage qui reste proche de son plus bas niveau en près de vingt ans. Le taux de sans-emploi aux États-Unis s’est maintenu à 3,9 % et les créations d’emplois ont été plus fortes que prévu à 201.000 contre 147.000 en juillet, selon les données du ministère du Travail publiées vendredi. Les analystes misaient sur 187.000 nouvelles embauches et un taux de chômage stable.

Mais surtout, face à l’étroitesse du marché de l’emploi, les salaires ont augmenté. La hausse du salaire horaire moyen sur un an en août (à 2,9 %), est la plus forte depuis juin 2009. Il y a neuf ans, le pays sortait de la récession provoquée par la crise financière. Cette progression ne dépasse toutefois pas l’inflation mesurée par l’indice CPI qui a grimpé aussi en rythme annuel à 2,9 % depuis deux mois.

« Boom économique »

Alors que la croissance américaine a culminé à un plus haut en quatre ans à 4,2 % en rythme annuel au 2e trimestre, dopée par les réductions d’impôts et la politique de dérégulation de l’administration Trump, les entreprises commencent à avoir du mal à pourvoir des postes, ce qui booste les rémunérations. « C’est la plus grosse histoire de l’année 2018 ! », s’est enthousiasmé le conseiller économique du président américain Donald Trump, Larry Kudlow sur la chaîne CNBC. « Ce boom économique, ce décollage que personne ne croyait possible ! », a-t-il déclaré se félicitant que « les salaires augmentent très bien ».

Petite ombre au tableau, l’emploi manufacturier, cheval de bataille du président Donald Trump, est tombé dans le rouge en août (-3.000) pour la première fois depuis un an.

Vers une augmentation des taux ?

Nul doute que ces bons chiffres de l’emploi et surtout la nette accélération des salaires vont renforcer la Banque centrale (Fed) dans son intention de relever les taux d’intérêt lors de sa prochaine réunion monétaire du 26 septembre. « Ces chiffres sont bien assez forts pour que la Fed continue à augmenter les taux », affirme Jim O’Sullivan, économiste en chef pour les Etats-Unis de HFE.

Ces projets déplaisent à Donald Trump qui n’a pas manqué de critiquer la Fed à plusieurs reprises récemment parce qu’il trouve qu’elle ne « l’aide » pas. Un tour de vis monétaire rend en effet l’argent et les crédits plus chers dans l’optique de maîtriser une surchauffe de l’économie et des prix. Mais des taux d’intérêt plus forts sont impopulaires auprès des consommateurs et poussent le dollar à la hausse ce qui handicape les exportations américaines, autre cheval de bataille de Donald Trump.